•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tournoi des candidats dans Gaspésie–Les Îles-de-la-Madeleine : Guy Bernatchez

Photo officielle du candidat du Bloc québécois, Guy Bernatchez.

Guy Bernatchez, candidat du Bloc québécois dans Gaspésie–Les Îles-de-la-Madeleine, répond à cinq questions sur des enjeux régionaux.

Photo : Gracieuseté : Guy Bernatchez

Radio-Canada

Guy Bernatchez, candidat du Bloc québécois dans Gaspésie–Les Îles-de-la-Madeleine, répond à cinq questions sur des enjeux régionaux.

Qui sera député fédéral des circonscriptions Gaspésie‒Les Îles-de-la-Madeleine et Avignon‒La Mitis‒Matane‒Matapédia? Pour y avoir plus clair sur les propositions des candidats en lice, l’animatrice de l’émission Bon Pied, bonne heure, Isabelle Lévesque a interrogé ceux des principaux partis sur certains enjeux régionaux.

1- La Fédération canadienne des municipalités réclame du gouvernement fédéral 2 milliards de dollars supplémentaires au cours des trois prochaines années pour faire face aux changements climatiques. Quelle stratégie devrions-nous prioriser pour protéger les secteurs plus à risque?

Le Bloc québécois a lancé une pétition récemment pour exiger le rétablissement et la bonification du programme de protection des berges qui a été aboli par les libéraux en 1997.

L’État doit se doter d’une véritable stratégie d’action en concertation avec tous les acteurs du milieu. Les municipalités connaissent bien leurs enjeux respectifs. Les dégâts causés par les intempéries dus aux changements climatiques sont nombreux, on le voit, de Marsoui jusqu’aux Îles-de-la-Madeleine, en passant par Grande-Vallée, au cours des derniers jours.

Les municipalités doivent être constamment soutenues par les instances gouvernementales de niveau supérieur. Il faut aussi se fier aux acteurs municipaux et au provincial, aux ministères des Transports et de la Sécurité publique. C’est nous qui avons les connaissances et le fédéral doit être pour déposer l’argent nécessaire.

2- Si le Québec avait le même taux d'emploi que l'Ontario pour les personnes âgées de 60 ans et plus, on aurait 90 000 travailleurs de plus, selon l'Institut du Québec. Considérant que notre région est la plus vieillissante au pays, comment encourager les aînés à demeurer sur le marché du travail, sans qu’ils soient pénalisés?

Le Bloc proposera des mesures encourageant le travail des aînés avec leur expertise inestimable en permettant aux aînés à faibles revenus de travailler davantage sans pénalités. Nos bâtisseurs ont travaillé toute leur vie. Dès l’âge de 65 ans, ils ont droit à différentes mesures particulières concernant les différentes retenues imposables sur leur paie.

Le Bloc propose d’instaurer un crédit d'impôt pour les travailleurs d’expérience. Le gouvernement du Québec a bonifié le crédit d'impôt pour les travailleurs d’expérience qui s’appelle le crédit d'impôt pour la prolongation de carrière et un abaissement à l’âge de 60 ans pour l’admissibilité à ce crédit.

On croit au Bloc que le fédéral devrait emboîter le pas au gouvernement du Québec. Il ne faut pas perdre de vue qu’il n'y a rien qui ait été fait dans ce sens-là depuis 2015. La pénurie de main-d'œuvre ne date pas d'hier et nos bâtisseurs peuvent contribuer à freiner cette pénurie. Les 65 à 75 ans ont été oubliés par le gouvernement Trudeau et le Bloc va veiller au grain pour eux durant la prochaine législature.

3- L’aire d’hivernage de Grande-Rivière, le port de Cap-aux-Meules, le phare de Cap-des-Rosiers, ce sont tous des exemples qui démontrent que notre région a besoin de soutien pour améliorer ses infrastructures. Qu’est-ce que vous ferez pour mieux adapter les programmes aux régions?

C’est être à l’écoute du monde. On l’a prouvé au cours des derniers mois. Depuis que je suis le candidat officiel du Bloc québécois, le chef est venu à plusieurs reprises. J’ai sillonné la circonscription à la rencontre des différents acteurs du milieu. Il faut être à l'écoute de ceux-ci. Il faut travailler en équipe.

Ça prend une volonté politique, que ce soit pour le parc d’hivernage de Grande-Rivière où j’ai fait mon lancement de campagne ou pour le phare de Cap-des-Rosiers où je vais aller bientôt parce que la campagne n’est pas terminée ou pour le port de Cap-aux-Meules où Yves-François Blanchet est allé directement pour discuter de l’état des lieux avec les responsables.

Guy Berntachez, maire de Mont-Louis et candidat bloquiste dans Gaspésie Îles de-la-Madeleine

Guy Berntachez, maire de Mont-Louis et candidat bloquiste dans Gaspésie‒Les Îles-de-la-Madeleine lors du lancement de sa campagne à Grande-Rivière. (archives)

Photo : Radio-Canada / Roxanne Langlois

Le Bloc québécois va toujours être là pour vraiment épauler les demandes du milieu et être à l’écoute. Il faut surtout ne pas arriver avec des solutions d’Ottawa comme le programme des pêches qui est mal adapté. On l’entend. C’est difficile pour les OBNL de bien gérer ça et ça devient difficile de faire avancer les dossiers. Le Bloc québécois va être là pour appuyer les différents acteurs.

4- Les taux d'inoccupation de logement se situent autour de 0 % dans certaines municipalités de la région. C’est un frein au développement de nos entreprises. Qu’est-ce que vous pouvez faire pour éviter que des travailleurs (ou des familles) se retrouvent sans logis comme c’est arrivé ces derniers mois.

Le Bloc a plusieurs propositions pour affronter la rareté du logement. Le Bloc propose qu’Ottawa réinvestisse progressivement en logement social. Nous proposons aussi une réforme majeure du régime d’accès à la propriété pour en favoriser l’accès.

En tant que maire d’une municipalité qui vit la même problématique que l’ensemble du territoire, je suis bien placé pour en parler. La Municipalité de Saint-Maxime-du-Mont-Louis a fait des démarches : achat de terrain, nouvelle rue avec les services. Ça prend de l’aide, des promoteurs immobiliers, des entrepreneurs. Ça prend de l’aide de tous les paliers de gouvernement.

Le fédéral se doit d’être présent pour épauler les municipalités à régler ce problème majeur. Parce que c’est le nerf de la guerre, on veut avoir de nouveaux travailleurs et il faut être capable de les loger. Le fédéral se doit d’être présent et à l’écoute des municipalités et des acteurs du milieu pour bien avancer dans ce dossier.

5- Quelle sera la grande priorité de votre début de mandat et comment allez-vous vous y prendre pour la réaliser?

Comme on sait, depuis que le Bloc a établi sa plateforme au national, j’ai fait mes priorités, parce que le Bloc est très régionaliste, son chef aussi. Les régions, la relance économique sont beaucoup dans la plateforme du Bloc québécois.

Mes priorités : vitalité économique, industrie touristique, infrastructures portuaires, la famille et les aînés, environnement et changements climatiques, la pêche et la forêt.

Je vais être là pour épauler tous les acteurs du milieu. Je vais amener leurs demandes à Ottawa et faire en sorte de ne pas oublier personne, de ne pas oublier les aînés, de ne pas oublier les pêcheurs ni l’industrie touristique, qui peine à relever de nombreux défis dont la pénurie de main-d'œuvre, l’agriculture, etc.

Il faut vraiment être à l’écoute des gens et ne pas amener des solutions d’Ottawa, mais amener nos solutions à Ottawa et faire en sorte qu’elles soient respectées par les gens en place.

Chaque candidat devait répondre aux mêmes questions, posées dans le même ordre et avec le même temps de réponse.

Les réponses aux questions ont été adaptées afin d'en améliorer la lisibilité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !