•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Multiplication des magasins de cannabis en Ontario

Un présentoir avec divers produits de cannabis.

Le marché du cannabis continue de se développer, avec l’arrivée de nouveaux produits spécialisés, comme des crèmes, ou encore des boissons à base de CBD.

Photo : Radio-Canada / Zacharie Routhier

Radio-Canada

Depuis 18 mois, le nombre de magasins de cannabis ouverts ou autorisés à ouvrir en Ontario est passé d’une cinquantaine à plus de 1000, ce qui n’inquiète pas outre mesure ceux qui sont déjà implantés.

Sudbury, une ville d’environ 160 000 habitants, pourrait bientôt compter 13 magasins, comparativement à seulement 2 l’année dernière.

Felicia Fahey, la propriétaire d’un des premiers magasins de cannabis à Sudbury, commente cette expansion fulgurante du marché.

Ça a été une année folle. Le marché n’a fait que croître et nous proposons de plus en plus de produits.

Une citation de :Felicia Fahey, propriétaire d'Highlife Sudbury

La province a allégé fin 2019 les exigences pour se qualifier pour l’ouverture d’un magasin de cannabis et a éliminé le système de loterie qui limitait le nombre de magasins.

Mme Fahey affirme que l’augmentation de la concurrence n’a pas d’impact négatif sur son entreprise. En fait, notre chiffre d'affaires a augmenté.

Felicia Fahey accorde une entrevue dans son magasin.

Felicia Fahey accueille favorablement la concurrence, même si elle devient de plus en plus forte.

Photo : Radio-Canada / Zacharie Routhier

Nous sommes chanceux d’avoir été parmi les premiers à ouvrir à Sudbury. Nous avons une clientèle loyale depuis le début et je m’assure d’embaucher du personnel formidable, raconte Mme Fahey.

Felicia Fahey ne croit pas que le marché sudburois du cannabis sera saturé. Elle le compare au marché de l’alcool, qu'elle connaît bien.

Toutes les communautés ont un Beer Store ou un LCBO. Maintenant on en voit dans les épiceries, et tous ces magasins d’alcools survivent.

Une citation de :Felicia Fahey, propriétaire d'Highlife Sudbury

Elle croit que de plus en plus de gens sont prêts à essayer des produits du cannabis, près de 3 ans après la légalisation.

Tyler Paul, gérant de la boutique Sweet Seven Cannabis Co., admet qu’il a fallu qu’il travaille fort pour faire sa place, d’autant plus qu'il a ouvert en plein confinement, avec seulement le ramassage à l’extérieur.

Dans son magasin, ouvert depuis quelques mois, il essaie notamment de se différencier des compétiteurs en proposant des pastilles de goût.

Tyler Paul présente les produits de son magasin de cannabis.

Selon Tyler Paul, les produits les plus populaires varient selon les régions.

Photo : Radio-Canada / Zacharie Routhier

Nous attirons une grande variété de personnes, affirme M. Paul. Les bons magasins vont survivre.

Encore de la place sur le marché

Le marché ontarien compte peut-être beaucoup de magasins, mais des experts estiment qu’il y a encore de la place pour de nouveaux compétiteurs dans plusieurs municipalités.

Lucas McCann, conseiller scientifique en chef de CannDelta, estime que la province pourrait soutenir 1500 magasins, surtout en s’installant dans des communautés peu desservies jusqu’à maintenant.

Il souligne que la Société ontarienne du cannabis (SODC), l’organisme d'État responsable de l’approvisionnement en cannabis dans la province, est maintenant en mesure de fournir un plus grand nombre de magasins.

Selon le rapport annuel 2020-2021 de la SODC (Nouvelle fenêtre), il s'est vendu pendant cette période près de 100 millions de grammes de cannabis dans les magasins de la province ou sur le site web de la société d'État.

La province comptait alors 572 magasins de cannabis ouverts. Ce nombre a dépassé 760 en juin, selon le site web de la SODC.

Andrew Parshad, PDG de Cannabis License Experts, note que la grande majorité des boutiques de cannabis en Ontario se trouve dans la région de Toronto. Hamilton s’approche de 90 magasins. C’est plus que le nombre de Tim Hortons.

Selon M. Parshad, la Commission des alcools et des jeux de l'Ontario songerait à modifier ses règles pour imposer un minimum de 500 mètres entre deux boutiques de cannabis.

Je crois que c’est une bonne chose pour les communautés, mais aussi pour protéger les commerçants.

Une citation de :Andrew Parshad, PDG de Cannabis License Experts

La Société ontarienne du cannabis anticipe que certains magasins devront fermer en raison de la concurrence.

Elle maintient toutefois le cap et mise sur une culture d’innovation et de nouveaux produits pour faire du cannabis un marché prospère.

Avec les informations de Zacharie Routhier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !