•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Les attentats au World Trade Center filmés par Luc Courchesne

Avion qui fonce dans la deuxième tour jumelle du World Trade Center alors que la deuxième est en flammes.

L'artiste Luc Courchesne a tourné en direct des images des attentats du World Trade Center.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le 11 septembre 2001, l'artiste québécois Luc Courchesne se trouve à New York pour l'événement culturel La saison du Québec à New York. Caméra à la main, il tourne des images des attentats, de la première tour du World Trade Center en flammes jusqu'à l'évacuation par bateau. Radio-Canada a obtenu l'exclusivité de ces images et les a présentées à la suite de la tragédie.

Luc Courchesne sort de son hôtel lorsqu’il voit qu’une tour du World Trade Center est en feu. Il prend sa caméra et commence à filmer.

« Il ne réalisait pas qu’il amorçait un documentaire sur un terrible attentat terroriste et aussi sur sa fuite hors de New York. »

— Une citation de  Raymond Saint-Pierre, 13 septembre 2001

Avertissement : cette vidéo contient des scènes qui pourraient heurter la sensibilité de certaines personnes. Public averti seulement.

Le 11 septembre 2001, l'artiste Luc Courchesne est à New York pour l'événement La saison du Québec à New York. Caméra à la main, il tourne des images des attentats. Cet extrait montre le Boeing qui frappe la deuxième tour du World Trade Center (WTC) alors que la première tour est en flammes. Source : Séquences de tournage filmées par Luc Courchesne, 11 septembre 2001 Avertissement : cette vidéo contient des scènes qui pourraient heurter la sensibilité de certains spectateurs. Public averti seulement.

C’est pendant qu'il capte de la rue les images de la première tour en flammes qu’un avion frappe la deuxième tour du World Trade Center. La scène est saisissante.

On rêve ou quoi?, s'exclame Luc Courchesne devant ce spectacle surréaliste.

Il réalise, tout comme le monde entier, qu’il n'assiste pas à un simple accident, mais bien à un attentat. Il se rend donc à son hôtel pour appeler sa famille à Montréal afin de la rassurer.

Le 11 septembre 2001, l'artiste Luc Courchesne est à New York pour l'événement La saison du Québec à New York. Caméra à la main, il tourne des images des attentats. Cet extrait montre la cohue qui règne dans le hall d'hôtel où loge l'artiste, près du site du World Trade Center. Luc Courchesne filme l'évacuation de la ville qui baigne dans un nuage de poussière. Source : Séquences de tournage filmées par Luc Courchesne, 11 septembre 2001 Avertissement : cette vidéo contient des scènes qui pourraient heurter la sensibilité de certains spectateurs. Public averti seulement.

Ces images montrent l’atmosphère tendue qui règne dans le hall de l’hôtel. C’est lorsque Luc Courchesne se trouve à l’intérieur que la première tour s’effondre.

Il filme ensuite la ville envahie par un nuage de poussière étouffante et les New-Yorkais qui se couvrent la bouche pour se protéger.

Au cours de la journée, l’artiste se rend compte que sa caméra lui permet de capter des événements historiques. Il continue donc à filmer.

L'évacuation de la ville

« Pour la première fois de l’histoire de la ville, on devait évacuer une partie de la population. Luc Courchesne a été le seul à documenter en images cette opération, ce sauvetage. »

— Une citation de  Raymond Saint-Pierre, septembre 2002

En quelques minutes, une flottille de bateaux se rassemble pour transporter New-Yorkais, touristes et animaux domestiques au New Jersey.

Le 11 septembre 2001, l'artiste Luc Courchesne est à New York pour l'événement La saison du Québec à New York. Caméra à la main, il tourne des images des attentats. Cet extrait montre l'évacuation par bateau de New-Yorkais et de touristes. Source : Séquences de tournage filmées par Luc Courchesne, 11 septembre 2001 Avertissement : cette vidéo contient des scènes qui pourraient heurter la sensibilité de certains spectateurs. Public averti seulement.

À bord d’embarcations sur la rivière Hudson, les rescapés voient alors la nouvelle silhouette de Manhattan, sans les tours jumelles.

Le récit d’une tragédie

Deux jours plus tard, le 13 septembre 2001, Raymond Saint-Pierre anime l’émission spéciale Les États-Unis attaqués.

Il s'entretient avec Luc Courchesne en regardant les images que celui-ci a filmées.

Le 11 septembre 2001, l'artiste Luc Courchesne est à New York pour l'événement La saison du Québec à New York. Caméra à la main, il tourne des images des attentats. Deux jours plus tard, Raymond Saint-Pierre s’entretient avec lui pour refaire le récit de cette journée-là. Source : Émission spéciale, Les États-Unis attaqués, 13 septembre 2001

Luc Courchesne est encore ébranlé. Il décrit le moment où le Boeing a frappé la deuxième tour du World Trade Center. Une forme de calme régnait, dit-il, chez les témoins qui ont ensuite réalisé la gravité des événements.

Il affirme que des images lui reviennent, la nuit.

À la question qu’est-ce que vous retenez de cette expérience?, Luc Courchesne affirme être inquiet pour la suite.

Il termine tout de même son récit avec des propos remplis d’espoir :

« Il y a dans cette horreur, aussi, beaucoup d’humanité. »

— Une citation de  Luc Courchesne, 13 septembre 2001

Les attentats, un an plus tard…

Un an plus tard, Raymond Saint-Pierre retourne rencontrer Luc Courchesne à New York, alors que l’artiste travaille sur un projet visant à recréer les émotions vécues lors des événements.

Cet entretien est diffusé au Montréal ce soir du 11 septembre 2002.

Le 11 septembre 2001, l'artiste Luc Courchesne est à New York pour l'événement La saison du Québec à New York. Caméra à la main, il tourne des images des attentats. Un an plus tard, alors qu'il travaille sur un projet visant à recréer les émotions vécues à ce moment-là, il revisite les lieux en compagnie de Raymond Saint-Pierre. Source : Montréal ce soir, 11 septembre 2002

À l’aide d’une caméra captant des images panoramiques de 360 degrés, l’installation de Luc Courchesne permet aux spectateurs de baigner dans l'atmosphère de l'expérience vécue un an auparavant. L’artiste a choisi d'accompagner son œuvre de la musique du compositeur américain Charles Ives.

Luc Courchesne espère, à travers son art, évoquer ce qu’il a ressenti ce fameux 11 septembre 2001. Des émotions qui le suivent encore un an plus tard.

Encore une fois, Luc Courchesne termine l'entretien par une note d’espoir.

Selon lui, le meilleur antidote à la morosité est de revenir à New York et de constater que la vie a repris.

« La ville est toujours là, les gens sont toujours là, avec la même âme, le même cœur et la même énergie. »

— Une citation de  Luc Courchesne, septembre 2002

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.