•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les enseignants albertains gardent le contrôle de leur pension

L'Assemblée législative de l'Alberta.

La société de gestion du bas de laine des enseignants a signé un accord avec la société de gestion des investissements provinciaux.

Photo : Radio-Canada / Genevieve Tardif-Edm

Le syndicat des enseignants de l’Alberta crie victoire après que son gestionnaire de fonds de pension a obtenu le contrôle des décisions d’investissement en ce qui concerne le bas de laine des enseignants.

Le fonds de retraite des enseignants de la province (Alberta Teachers' Retirement Fund [ATRF]) a conclu un accord avec la société d'État de gestion des investissements (Alberta Investment Management Corporation [AIMCO]) après plusieurs mois de négociations. L’entente garantit que l’ATRF a l’entière responsabilité des décisions d’investissement et que l'AIMCO doit simplement les appliquer.

C’est une immense victoire pour les enseignants et l’Association, a déclaré le président de l’Association des enseignants de l’Alberta (ATA), Jason Schilling, dans un communiqué.

Un dossier laborieux

Le dossier de la gestion du fonds de pension des enseignants s’était envenimé au point où l'ATA avait lancé une poursuite judiciaire contre le gouvernement provincial.

Dès la présentation du budget en 2019, le gouvernement Kenney avait annoncé son désir de consolider les fonds de pension provinciaux sous la direction de l'AIMCO. Le mécontentement des enseignants qui critiquaient le manque de consultation avait conduit à un décret ministériel donnant à l'AIMCO le pouvoir de mettre le veto aux décisions de l’ATRF.

Le syndicat des enseignants reprochait également le mauvais bilan financier de l’AIMCO en comparaison avec les bons résultats de sa société de gestion.

Notre poursuite judiciaire, couplée à la pression exercée par les enseignants, a changé la donne. Je crois que nous étions déjà sur le chemin de la victoire devant les tribunaux, a ajouté M. Schilling.

Réactions mitigées

Le gouvernement provincial ne fait cependant pas un constat d’échec de sa politique. La gestion de l’AIMCO des investissements de l’ATRF élimine la redondance et réduit les coûts des services d’investissement pour les Albertains et les enseignants. C’était notre but ultime, a indiqué le ministre des Finances, Travis Toews, dans un courriel.

Pour sa part, la porte-parole néo-démocrate en matière de relations de travail, Christina Gray, n’est pas satisfaite. Elle croit que les fonctionnaires provinciaux et les enseignants devraient pouvoir choisir leur gestionnaire autre que l’AIMCO.

Le fonds de pension des enseignants représentait en 2020 un capital accumulé de 19,3 milliards de dollars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !