•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tournoi des candidats dans Gaspésie–Les Îles-de-la-Madeleine : Diane Lebouthillier

Photo officielle de campagne de Mme Lebouthillier.

La candidate dans Gaspésie–Les Îles-de-la-Madeleine, Diane Lebouthillier répond à cinq questions sur des enjeux régionaux.

Photo : Gracieuseté : Diane Lebouthillier

Radio-Canada

Diane Lebouthillier, députée sortante et candidate du Parti libéral du Canada (PLC), dans Gaspésie–Les Îles-de-la-Madeleine répond à cinq questions sur des enjeux régionaux.

Qui sera député fédéral des circonscriptions Gaspésie‒Les Îles-de-la-Madeleine et Avignon‒La Mitis‒Matane‒Matapédia? Pour y avoir plus clair sur les propositions des candidats en lice, l’animatrice de l’émission Bon Pied, bonne heure, Isabelle Lévesque a interrogé ceux des principaux partis sur certains enjeux régionaux.

1- La Fédération canadienne des municipalités réclame du gouvernement fédéral 2 milliards de dollars supplémentaires au cours des trois prochaines années pour faire face aux changements climatiques. Quelle stratégie devrions-nous prioriser pour protéger les secteurs plus à risque?

Avec les changements climatiques, tous les secteurs d’activités sont à risque. C’est pour ça que notre gouvernement a investi plus de 100 milliards de dollars pour lutter contre les changements climatiques.

On veut créer des emplois verts dans l'ensemble des communautés canadiennes. On veut réduire la pollution dans l’industrie lourde. On veut aussi favoriser l’énergie propre et renouvelable d’un océan à l'autre. On veut éliminer les déchets plastiques et on veut aussi protéger davantage les zones naturelles, notamment en créant de nouveaux parcs nationaux et des parcs marins.

C'est important d’aller de l'avant avec notre plan sur l’environnement, un plan ambitieux pour lutter contre les changements climatiques qui va faire en sorte qu’on va avoir des opportunités pour une économie verte.

On veut positionner le Canada pour une croissance économique à long terme dans chaque province et territoire.

2- Si le Québec avait le même taux d'emploi que l'Ontario pour les personnes âgées de 60 ans et plus, on aurait 90 000 travailleurs de plus, selon l'Institut du Québec. Considérant que notre région est la plus vieillissante au pays, comment encourager les aînés à demeurer sur le marché du travail, sans qu’ils soient pénalisés?

Tous les aînés méritent une retraite sûre et digne.

Une des premières mesures que nous avons prise au gouvernement libéral, ça a été de rétablir l’âge d’admissibilité de la Sécurité de la vieillesse et du supplément de revenus garanti, qui était passé de 65 à 67 ans. Ça a remis des milliers de dollars dans la poche des aînés et ça a annulé une politique conservatrice qui ciblait les retraités, y compris les plus vulnérables.

Nombreux sont nos aînés qui vivent plus longtemps et qui comptent sur leurs prestations mensuelles pour se payer une retraite. Si le gouvernement est réélu, on va poursuivre la mise en œuvre de notre plan qui vise à augmenter la Sécurité de la vieillesse de 10 % pour les 75 ans et plus. On va aussi augmenter le supplément de revenus de garanti de 500 $ pour les aînés qui vivent seuls et de 750 $ pour les couples à partir de l’âge de 65 ans.

3- L’aire d’hivernage de Grande-Rivière, le port de Cap-aux-Meules, le phare de Cap-des-Rosiers, ce sont tous des exemples qui démontrent que notre région a besoin de soutien pour améliorer ses infrastructures. Qu’est-ce que vous ferez pour mieux adapter les programmes aux régions?

Les programmes sont adaptés aux réalités des régions comme la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine.

À preuve, mon gouvernement, par l’entremise de tous ses programmes, a investi pas moins de 70 millions en matière d'infrastructures au sein de la circonscription lors du dernier mandat. Qu’il s’agisse d’infrastructures portuaires, d’infrastructures municipales, même au niveau du réseau de la santé, on travaille très fort avec nos partenaires.

Ce travail va se poursuivre lors du prochain mandat en collaboration avec les instances provinciales, les instances municipales, les acteurs économiques du milieu et les ministères fédéraux qui sont concernés. On va continuer à travailler ensemble pour le développement du comté de la Gaspésie–Les Îles-de-la-Madeleine.

Je suis très fière de faire partie des 25 circonscriptions qui ont reçu le plus de financement au Canada lors du dernier mandat.

4- Les taux d'inoccupation de logement se situent autour de 0 % dans certaines municipalités de la région. C’est un frein au développement de nos entreprises. Qu’est-ce que vous pouvez faire pour éviter que des travailleurs (ou des familles) se retrouvent sans logis comme c’est arrivé ces derniers mois.

C’est important de rappeler que le logement est un champ de compétence qui relève du niveau provincial. Cela étant dit, on a signé des ententes avec chaque province parce qu’on croit au gouvernement fédéral que chaque Canadien mérite d’avoir un chez-soi.

Cependant, on sait que pour beaucoup de gens, les jeunes en particulier, le rêve d’avoir sa propre propriété semble devenir hors de portée. On le voit avec la spéculation immobilière , mais ça ne devrait pas nous empêcher d’acquérir une propriété et on ne devrait pas à avoir à s’éloigner de notre travail, de l’école ou de notre famille simplement pour se payer un loyer.

On a un plan en place pour le logement, un plan de construction de 100 000 habitations destinées à la classe moyenne. On veut construire plus de 20 000 nouveaux logements locatifs.

5- Quelle sera la grande priorité de votre début de mandat et comment allez-vous vous y prendre pour la réaliser?

La grande priorité, on le voit partout dans notre région, c'est la pénurie de main-d'œuvre.

Il y a un travail pour nous qui sera important de faire avec les gouvernements provinciaux parce que la pénurie de main-d'œuvre est difficile pour les entrepreneurs, c'est difficile pour eux de faire des investissements. C’est un frein à la croissance économique.

Une barrière où on peut lire « danger » installée devant un bateau de pêche.

Depuis plusieurs années, les utilisateurs du port de Cap-aux-Meules demandent des réaménagements et des travaux aux autorités compétentes. (archives)

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Nonobstant la pénurie de main-d'œuvre, pour moi, les projets qui sont importants, quand on regarde la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine, c'est le développement touristique du projet des Chic-Chocs, qui est un enjeu majeur, qui est un projet structurant pour la région. C'est le port de Cap-aux-Meules aux Îles-de-la-Madeleine, qui est le cœur et les poumons des Îles, l’aérogare de Havre-aux-Maisons.

Il y a beaucoup de projets dans le milieu qui sont majeurs pour le développement. On va continuer de travailler avec tous nos partenaires.

Chaque candidat devait répondre aux mêmes questions, posées dans le même ordre et avec le même temps de réponse.

Les réponses aux questions ont été adaptées afin d'en améliorer la lisibilité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !