•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un organisme manitobain plaide pour des centres permanents de consommation supervisée

Des bacs en plastique installés à même le sol contiennent des trousses de naloxone et du matériel médical du type auguilles et pansements

De la naloxone, des seringues et des condoms ont été distribués à un centre éphémère de consommation supervisée de drogues à Winnipeg au début du mois de septembre.

Photo : CBC/Flora Pan

Radio-Canada

L’organisme Manitoba Harm Reduction Network qui milite pour la prévention des surdoses met la pression sur la province pour la mise en place de centres permanents de consommation supervisée, à la suite d’une expérience concluante au cours de la longue fin de semaine.

Des infirmières, des travailleurs sociaux et des bénévoles ont participé à un projet pilote autour d’un centre de consommation supervisée temporaire du 4 au 6 septembre. De midi à 20 h, il était possible de consommer de la drogue dans un cadre supervisé, a fait savoir l’organisme dans un communiqué de presse mercredi. 

Manitoba Harm Reduction Network souhaite que l’organisation de ce centre éphémère, le deuxième qu’il a mis en place, serve de tremplin pour la création de centres de consommation supervisée permanents, légaux et financés par les gouvernements.

Le coordinateur du Manitoba Harm Reduction Network, Jonny Mexico indique que l’organisme a distribué des trousses de naloxone, un antidote aux surdoses d’opioïdes, à 131 personnes. Au total, 80 % d’entre elles disent avoir déjà utilisé l’antidote. Des seringues ont également été distribuées.

Ce résultat montre que les interventions de prévention des surdoses sont absolument nécessaires , indique-t-il dans un communiqué de presse.

En plus d’objets destinés à la consommation de drogue, des condoms ont été distribués pour prévenir les maladies sexuellement transmissibles et des tests de dépistage ont été réalisés par des infirmières. 

Au total, 260 personnes ont profité des services offerts par ce site temporaire de prévention des surdoses géré par des bénévoles et qui n'a pas reçu de financement. 

Selon les organisateurs, le Manitoba peut s'attendre à plus de 400 décès par surdose cette année.

Manitoba Harm Reduction Network milite également pour l’implantation de lieux d’approvisionnement en drogues supervisées au Manitoba.

Ceci, croit-il, permettra aux gens qui utilisent ces drogues d’être certains que leurs substances n’ont pas été contaminées avec des produits plus forts comme le fentanyl.

De janvier à décembre 2020, 372 personnes sont mortes d’une surdose dans la province, une hausse de 87 % par rapport à toute l’année 2019, selon les données préliminaires du Bureau du médecin légiste en chef du Manitoba.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !