•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de spectateurs et des vedettes de retour au TIFF, avec des restrictions

Un homme qui fait marcher son chien consulte son téléphone devant le TIFF Bell Lightbox, qui est le quartier général du Festival international du film de Toronto.

Les organisateurs ont prévu plus de projections en salle que l'an dernier.

Photo : Reuters / CHRIS HELGREN

Radio-Canada

Le Festival international du film de Toronto (TIFF) accueille à partir de jeudi les amateurs de cinéma et compte à nouveau sur la présence des célébrités et des réalisateurs, en dépit de la quatrième vague de COVID-19.

Jessica Chastain, Dionne Warwick, Denis Villeneuve, Keira Knightley et Benedict Cumberbatch figurent sur la liste des invités, qui risquait toujours de changer, précisaient les organisateurs la semaine dernière.

Depuis mardi, les voyageurs internationaux qui sont complètement vaccinés peuvent entrer au Canada sans avoir à faire de quarantaine. La règle s’appliquait déjà aux citoyens et aux résidents permanents américains depuis le 9 août.

L'acteur Timothée Chalamet et le réalisateur Denis Villeneuve sourient et posent sur le tapis rouge à Venise.

Le réalisateur Denis Villeneuve, ici en compagnie de l'acteur Timothée Chalamet sur le tapis rouge à Venise, viendra présenter son film « Dune ».

Photo : Reuters / YARA NARDI

Le festival, qui se tient jusqu'au 18 septembre dans la métropole canadienne, est présenté en formule hybride. Des projections auront lieu dans plus de salles que l'an dernier, mais aussi en plein air, dans des cinéparcs et en ligne. Certains des 200 longs métrages au programme seront donc accessibles par ordinateur aux cinéphiles ailleurs au pays.

Les spectateurs, le personnel et les invités devront présenter une preuve de vaccination complète ou un résultat de test négatif effectué au cours des dernières 48 heures pour les événements qui se déroulent à l'intérieur.

La chroniqueuse culturelle Claudia Hébert, qui couvre le festival depuis 10 ans, se réjouit d'avance, même si voir des films impliquera un certain niveau de contrainte.

L'an dernier, il n'y avait pas l'atmosphère de ce qu'est le TIFF d'habitude; y'avait pas les stars, y'avait pas les réalisateurs, y'avait pas l'effervescence, y'avait presque personne dans les salles, raconte-t-elle. Cette année, ce sont des retrouvailles, vraiment.

L'acteur britannique Benedict Cumberbatch prend une photo avec une admiratrice sur le tapis rouge.

Faire le guet pour apercevoir les vedettes sur le tapis rouge faisait partie des rituels du TIFF avant la pandémie, mais ce ne sera pas possible cette année.

Photo : CBC / David Donnelly

Les films seront très bons, comme toujours, mais l'énergie n'est pas la même en raison de la situation, constate pour sa part Nabeela Haque, qui songe cette année à regarder des films en ligne. Il n'y aura, en effet, ni festival de rue ni foule cordée le long du tapis rouge.

Julia Cordone s'était rendue au guichet mercredi, dans l'espoir de pouvoir acheter un billet pour le film canadien Scarborough, mais elle est repartie bredouille. Elle n'a pas l'intention de regarder de film en ligne.

En plus d'être une cinéphile, Mme Cordone a travaillé et a été bénévole pour le festival dans le passé. Le TIFF m'a donné l'occasion de voir des films qui n'ont pas eu, par la suite, de diffusion en salle, a-t-elle raconté.

Un tapis à l'entrée du TIFF Bell Lightbox sur lequel on voit le logo du festival.

Il y aura des projections dans plus de salles que l'an dernier.

Photo : La Presse canadienne / Cole Burston

Le festival se donne pour mission d'être inclusif et de faire place dans sa programmation aux films de femmes, de réalisateurs autochtones et de communautés minoritaires, de cinéastes canadiens des différentes régions et d'artistes émergents.

Andréa Picard, qui participe à la sélection des films, explique qu'élaborer une programmation est un exercice d'équilibre. Pour moi, ce qui est super-intéressant pour le festival du film de Toronto, c'est qu'on peut avoir Kristen Stewart pour un gala et Rhayne Vermette dans le même festival, dit-elle.

On montre la diversité du monde du cinéma. Il faut faire du marketing : les gens veulent voir des stars et tout ça, mais si ça peut leur permettre de découvrir de nouveaux noms, tant mieux!

Une citation de :Andréa Picard, programmatrice, Festival international du film de Toronto

Avec les informations de Francine Ravel, de CBC et de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !