•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux navettes autonomes aux abords de la Plaza St-Hubert cet automne

Faire ses courses le long de l’artère commerciale puis retourner au point de départ à bord d’une navette sans conducteur : voilà l’un des « potentiels » de la technologie que veut tester la Ville de Montréal à la Plaza St-Hubert « pour une implantation future » à grande échelle.

Un minibus électrique.

Cette navette autonome de Keolis circulera à une vitesse maximale de 20 km/h.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le projet pilote de navettes autonomes électriques à Montréal passe à une étape supérieure. Après avoir mis à l’essai la technologie dans le secteur résidentiel du Parc olympique, la Ville de Montréal annonce mercredi le déploiement en octobre de deux navettes autonomes en milieu urbain, soit aux abords de la Plaza St-Hubert, dans l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie.

Avec la Plaza St-Hubert, ce qu’on veut faire, c’est en apprendre davantage sur la façon dont les navettes se comportent dans un milieu urbain très dense, a expliqué la responsable de l'urbanisme et de l'électrification des transports au comité exécutif de la Ville de Montréal, Sophie Mauzerolle, en conférence de presse, mercredi.

Les deux véhicules autonomes de Keolis, de type minibus électriques, circuleront sept heures par jour, cinq jours sur sept. Ils emprunteront un parcours de 30 minutes formé des rues Saint-Hubert et Saint-André, à une vitesse maximale de 20 km/h.

Un minibus autonome électrique.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La Ville espère implanter les navettes autonomes sur son territoire dans un avenir proche.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Les navettes seront programmées de façon à respecter le code de la route et seront en mesure de réagir au passage des piétons, des cyclistes, des véhicules, et à toutes situations possiblement problématiques, a assuré le responsable de la mobilité du comité exécutif, Éric Alan Caldwell.

Comme il s’agit d’un projet expérimental, un opérateur sera à bord en tout temps, capable de reprendre le contrôle de manière sécuritaire, a-t-il ajouté.

Ces navettes représentent ni plus ni moins une révolution en matière de mobilité.

Une citation de :Éric Caldwell, responsable de la mobilité du comité exécutif

Sept arrêts ont été sélectionnés pour la première phase du projet, qui se terminera en décembre. La deuxième phase reprendra en mai jusqu’à juillet 2022.

Puisque les navettes sont équipées de radars de géolocalisation pouvant être obstrués par la neige ou la pluie abondante, il y a des défis durant la saison de l’hiver à cette étape-ci, a expliqué M. Caldwell. Ce dernier n'exclut pas, toutefois, un projet pilote hivernal à une étape ultérieure.

L'intérieur de la navette.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les navettes autonomes peuvent accueillir jusqu'à 15 passagers. En vertu des règles sanitaires, la capacité maximale du véhicule a été réduite à 5.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Un endroit stratégique

Le choix de la Plaza St-Hubert pour l’implantation du projet pilote n’a pas été laissé au hasard.

Après des travaux de réfection qui auront duré deux ans, nombre de commerçants de l'artère ont connu d’importantes pertes financières. Certains n’ont eu d’autre choix que de déménager ou de déclarer faillite.

La Société de développement commercial de la Plaza St-Hubert s'est d'ailleurs associée au projet dans l'espoir d'attirer plus de visiteurs.

Nous vous invitons à venir visiter la Plaza, à découvrir la Plaza et sa transformation, et à venir encourager les commerçants tout en essayant un nouveau projet pilote qui, je crois, sera favorable pour tout le secteur, a déclaré la porte-parole de l'organisme, Catherine Leconte.

Le projet s’inscrit dans le cadre d’une entente de 5 millions de dollars sur cinq ans en matière de transports collectifs conclue entre le gouvernement du Québec et la Ville de Montréal en 2018.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !