•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de passeport vaccinal à l’Assemblée nationale… pour l’instant

Une entente est cependant survenue entre les partis politiques au sujet du retour des députés au Salon bleu.

La grande salle du salon bleu est vide.

Les députés seront de retour au Salon bleu mardi prochain pour la rentrée parlementaire québécoise.

Photo : Assemblée nationale du Québec / Claude Mathieu

La question d’exiger ou non le passeport vaccinal aux entrées du parlement de Québec n’est toujours pas réglée à quelques jours de la rentrée à l’Assemblée nationale. Bien que l’ensemble des députés aient reçu leurs deux doses, des élus jugent que ce n’est pas leur rôle de statuer sur cette mesure, qui toucherait aussi les employés et les visiteurs.

Le passeport vaccinal n’est imposé qu’aux clients qui mangent au Café du Parlement et au restaurant Le Parlementaire. Pour l’instant, Québec solidaire et le Parti québécois s’opposent à ce qu’il soit exigé ailleurs dans l’édifice.

L’argument est le suivant : non seulement les travaux parlementaires font-ils partie des activités essentielles, mais en plus, le droit au travail est fondamental. Il y a énormément de questions qui se posent […] sans réponse, et surtout sans avis de la santé publique. On ne voit pas comment l’Assemblée nationale pourrait mettre de l’avant une telle mesure, explique le leader péquiste Martin Ouellet.

Le président de l’Assemblée nationale, François Paradis, a convié les représentants de tous les partis à une discussion sur les conditions d’accès au parlement. Le plan de réouverture aux citoyens [à compter du 7 septembre] ne sera pas mis en œuvre tant que les discussions ne seront pas terminées, écrit-il dans une communication obtenue par Radio-Canada.

L’Assemblée nationale suggérait que 55 visiteurs par heure soient admis au pavillon d’accueil et à la bibliothèque, mais ils ne pourraient toujours pas assister aux travaux parlementaires. Pour Québec solidaire et le Parti québécois, aucune entente ne surviendra sans avis juridiques ni recommandations de la santé publique. Le cabinet de la présidence doit leur fournir ces avis éminemment.

Pour leur part, la Coalition avenir Québec (CAQ) et le Parti libéral du Québec sont favorables à l’imposition du passeport sanitaire au parlement. Le premier ministre François Legault a indiqué que les employeurs pouvaient l’exiger s’ils jugeaient que l’environnement de travail présentait des risques de propagation du virus. À Québec, les élus et le cabinet de la présidence prendront cette décision de façon consensuelle.

Tous les ministres présents à la période de questions

Une entente est cependant survenue entre les partis politiques au sujet du retour des députés. À l'automne, 61 d’entre eux pourront participer à la période de questions au Salon bleu, comparativement à 37 la session dernière. La distanciation de 2 mètres est abaissée à 1,5 mètre.

Terminé, aussi, le concept des « bulles-ministres » qui s'alternent d’une journée à l’autre : désormais, les ministres seront tous admis en même temps dans la mythique salle, afin de répondre aux questions de leurs vis-à-vis de l’opposition.

La santé publique avait soumis trois scénarios aux parlementaires. L’un d’entre eux suggérait le retour d’un plus grand nombre de députés, mais les leaders des partis le trouvaient déraisonnable, notamment parce que des parois amovibles en plexiglas devaient être ajoutées.

Les élus pourront également être plus nombreux dans les commissions parlementaires, un autre signe qu’eux aussi se préparent à vivre avec le virus, comme le répète la cellule de crise à Québec.

En raison du couvre-feu du printemps dernier, les députés avaient convenu de condenser les travaux durant la journée, pour être libérés en début de soirée plutôt qu’à 22 h. Il semble qu’ils ont tellement apprécié la formule – surtout les parents de jeunes enfants – qu’ils ont décidé de la conserver à l'automne, afin de faciliter la conciliation travail-famille-vie personnelle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !