•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le conseil municipal d’Ottawa approuve le réaménagement de Heron Gate

Une esquisse du futur quartier où se trouvent des tours.

Le projet soulève les passions depuis maintenant six ans.

Photo : Timbercreek

Radio-Canada

Le conseil municipal d'Ottawa a approuvé, mercredi, par un vote de 18 voix contre 6, le réaménagement et la reconstruction du quartier Heron Gate, un projet impliquant le promoteur Hazelview.

Le maire d’Ottawa, Jim Watson, a rapidement manifesté sa fierté et son enthousiasme quant à la conclusion de cette entente qui permettra l’ajout de logements abordables, de nouveaux appartements et de nouvelles maisons.

Pour moi, c’est certainement une occasion de célébrer, a-t-il clamé, précisant que Hazelview n’était pas obligé de signer un tel contrat.

Le maire d'Ottawa, Jim Watson, parle dans un micro, dehors.

Le maire d'Ottawa, Jim Watson (archives)

Photo : Radio-Canada / Jean Delisle

Le réaménagement, qui pourrait prendre de 20 à 25 ans, présenterait un mélange de maisons locatives et des immeubles d’appartements.

Ladite modification inclut également la création d’un nouveau parc, à condition que le promoteur ajoute 1020 logements abordables en respectant un délai de 15 à 20 ans. La moitié de ces 1020 logements seront abordables pendant 15 ans, au lieu de 10, et l'autre moitié restera abordable pendant 20 ans, ce qui signifie que plus de 15 % des unités de Heron Gate seront considérées comme étant abordables.

Abordables, pour 15 ans

Avant de passer au vote, les conseillers d’Ottawa ont vivement débattu quant à la durée des logements abordables.

Des conseillers, comme Catherine McKenney et Riley Brockington, ont tout simplement demandé pourquoi les unités abordables ne pouvaient pas l’être à perpétuité, et pas seulement pour les locataires qui y vivront lors des 15 années qui suivront la construction.

À cela, la directrice des Services de la planification à la Ville d'Ottawa, Lee Ann Snedden, a répondu qu’il était irréaliste de s’attendre à ce qu’un promoteur privé accepte cela. Une opinion qui n’a pas été partagée par le conseiller Jeff Leiper, qui a même dit être mal à l’aise.

La Ville d’Ottawa n’a jamais réussi à obtenir autant de logements abordables d’un promoteur, a ajouté Mme Snedden. Elle a qualifié ce protocole d’entente comme étant un coup de circuit et un point de repère pour d’autres projets.

Le maire Jim Watson s'est dit d'accord avec Lee Ann Snedden, allant même jusqu’à affirmer qu’il y aura plus de logements abordables au cours de son mandat qu’il n’y en a jamais eu auparavant à Ottawa.

Le quartier Heron Gate en juillet 2019. Plusieurs maisons en rangée à faible hauteur qui se trouvent sur la photo sont appelées à être remplacées par des tours plus hautes.

Les trois tours en évidence figurent parmi les cinq édifices qui ne seront pas démolis (archives).

Photo : Radio-Canada / Kate Porter

Jeff Leiper a demandé de poursuivre les discussions avec le promoteur quant au type d’unités que les familles obtiendront en remplacement des unités déjà existantes. Lee Ann Snedden a répondu que la Ville a passé quatre ans là-dessus et que le personnel a d'autres demandes à traiter.

Son patron, le directeur général, Steve Willis, a même évoqué le risque, pour la Ville, de tout perdre si les discussions s'éternisent.

Jim Watson a conclu la séance du conseil municipal en envoyant un message clair aux citoyens farouchement opposés à ce projet.

J’encourage ceux qui prétendent défendre le logement à déposer leurs téléphones et à cesser d’écrire des attaques contre les membres du conseil, les gouvernements fédéral et provincial, a-t-il mentionné, précisant que cela s’était avéré inefficace pour l’obtention d’un logement.

ACORN se rassemble

Heron Gate, c’est un immense projet immobilier de plus de 6000 logements dans le quartier Alta Vista, dont il est question depuis près de six ans. Le désir du promoteur Hazelview de ne pas y développer que des logements abordables en a divisé beaucoup.

D’ailleurs, tôt mercredi matin, avant la séance du conseil municipal, l'organisme ACORN, qui milite pour plus de logements abordables à Ottawa, s'est rassemblé devant le Monument canadien pour les droits de la personne, situé près de l’hôtel de ville.

Une pancarte où il est écrit en anglais «Justice pour Heron Gate».

Avant le conseil municipal, l'organisme ACORN, qui milite pour plus de logements abordables à Ottawa, s'est rassemblé.

Photo : CBC

ACORN a dénoncé le manque de considération sociale du promoteur, souhaitant qu’il limite son projet uniquement à la construction de logements abordables.

Avec les informations d’Antoine Trépanier et de Kate Porter, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !