•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des attaques bien senties au débat entre les candidats de Trois-Rivières

Les candidats assis à des tables individuelles séparées par un plexiglas.

De gauche à droite, les candidats des quatre principaux partis de la circonscription de Trois-Rivières après le débat : Martin Francoeur (Parti libéral), Adis Simidzija (Nouveau Parti démocratique), René Villemure (Bloc québécois) et Yves Lévesque (Parti conservateur).

Photo : Radio-Canada / Nancy Sabourin

Radio-Canada

Les candidats des principaux partis aux élections fédérales dans la circonscription de Trois-Rivières ont croisé le fer jeudi lors d’un débat organisé par Radio-Canada.

L’animatrice de l’émission Toujours le matin, Marie-Claude Julien, a interpellé les candidats sur différents thèmes et les politiciens ont pu se poser directement des questions, ce qui a mené à des joutes verbales révélatrices.

Les candidats assis à des tables individuelles séparées par un plexiglas.

Revoyez le débat des candidats de la circonscription de Trois-Rivières

Photo : Radio-Canada / David Dufresne-Denis

Autres moyens d'écouter le débat :

  • En rediffusion le 9 septembre 2021 sur ICI Première de 19 h à 20 h (96,5 FM dans le sud et centre de la Mauricie ainsi qu’au Centre-du-Québec, et 103,7 FM à La Tuque)
  • En rattrapage sur la page Facebook d’ICI Mauricie Centre-du-Québec (Nouvelle fenêtre)
  • Sur l'application OHdio

Dès qu’il en a eu l’occasion, le candidat libéral Martin Francoeur a rappelé que le bloquiste René Villemure n’habite pas dans la circonscription. Vous qui êtes un Montréalais avec un chalet à Saint-Boniface, a-t-il lancé lors d’un échange avec René Villemure, déterminé par un tirage au sort. Ce n’est pas nécessaire d’être né à Trois-Rivières pour connaître Trois-Rivières, je trouve que c’est fallacieux, a répliqué l’éthicien en précisant qu’il vient dans la région depuis 23 ans.

Sous les feux des projecteurs en raison de textes critiques qu’il a écrits sur les membres du Parti libéral, dont le premier ministre alors qu’il était éditorialiste au Nouvelliste, Martin Francoeur a tenu à apporter une précision. Je sais que M. Lévesque est encore une fois retourné dans le passé en sortant des éditoriaux que j’avais écrits, mais je veux juste lui rappeler que j’ai écrit pas mal plus souvent des éditoriaux critiques sur lui alors qu’il était maire de Trois-Rivières que j’ai pu en écrire sur le Parti libéral et ses représentants, a-t-il déclaré lors de ce débat.

Martin Francoeur venait alors de confronter le candidat conservateur sur des enjeux controversés. Avec les positions floues, parfois rétrogrades ou carrément électoralistes du Parti conservateur en ce qui a trait à l’avortement, au contrôle des armes à feu et les garderies, comment vous pouvez convaincre les femmes de Trois-Rivières, 52 % de l’électorat de la circonscription, de voter pour vous et votre parti?, avait-il demandé.

L’ancien maire de Trois-Rivières Yves Lévesque a rappelé que son chef s’est engagé à ne pas toucher au droit à l’avortement s’il est élu, même si Erin O’Toole compte des candidats contre l’avortement dans ses rangs.

Le conservateur s’est aussi fait attaquer sur la politique environnementale de son parti. Votre parti vit en 1920, il a refusé d’évoluer. Votre appui inconditionnel aux énergies fossiles empêche le Canada d’atteindre ses cibles de réduction des gaz à effet de serre, a déclaré René Villemure en déclarant que le Parti conservateur ne croit pas aux changements climatiques. Ce à quoi Yves Lévesque a rapidement rétorqué que son parti croit à l’existence des changements climatiques.

Le pétrole, on en a encore de besoin, à ce que je sache, a affirmé Yves Lévesque en rappelant à René Villemure qu’il utilise de l’essence pour se rendre à son chalet en voiture et que son chef, Yves-François Blanchet, a approuvé des projets jugés nuisibles à l’environnement quand il était ministre.

Sur quel dossier seriez-vous prêt à mettre votre siège en jeu?, a demandé l’animatrice du débat, Marie Claude Julien. Voici les réponses des candidats.

  • Martin Francoeur : Lutte contre les changements climatiques
  • Yves Lévesque  : Train à grande fréquence (TG)
  • Adis Simidjiza : Logement social
  • René Villemure : Transferts en santé auprès des provinces sans condition

Le candidat conservateur a profité du débat pour critiquer le financement des mesures néo-démocrates. Vous annoncez des gratuités un peu partout, vous laissez sous-entendre aux gens que ça va être le fun, mais la classe moyenne est celle qui paye le plus d’impôts et elle va payer pour ces gratuités, a-t-il déclaré lors d’un échange avec le candidat du Nouveau Parti démocratique (NPD), Adis Simidzija. Ce dernier a répondu que les programmes proposés par son parti seraient financés par l’impôt des plus riches.

Lors d’un échange avec le candidat du NPD, Adis Simidzija, le bloquiste René Villemure a décoché une flèche à son parti. J’aimerais bien que le NPD commence par respecter les champs de juridiction, et après cela on pourra discuter de choses, a-t-il lancé.

Un des problèmes du Bloc québécois, c’est qu’ils sont prisonniers de leur idéologie, c’est-à-dire que toutes bonnes propositions ne peuvent pas passer au-delà de l'idéologie; ils [ramènent tout] à la question des champs de compétence, a renchéri le candidat néo-démocrate dont le parti propose un salaire minimum de 20 $ l’heure pour les travailleurs sous réglementation fédérale ainsi que d’instaurer un revenu minimum garanti pour les aînés.

De rares consensus

Les quatre candidats sont tous d’accord sur au moins deux questions qui ont été abordées lors du débat organisé par ICI Mauricie Centre-du-Québec.

Tous les quatre seraient prêts à accorder du financement pour la construction d’une nouvelle piscine ou d'un centre aquatique à Trois-Rivières.

Ils sont aussi tous d’accord avec l’idée de financer l’implantation d’un campus de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) au centre-ville.

Crise du logement

Le sujet du logement social est crucial pour Adis Simidzija. M. Lévesque dans son mandat en tant que maire a fait construire des condos un peu partout, ça a poussé comme des champignons dans la ville, a-t-il déploré en disant que son parti s’attaquerait à ce problème.

Par rapport au logement social, le Bloc québécois propose de convertir des édifices gouvernementaux non utilisés en logements sociaux, mais il ne pouvait pas préciser si des endroits avaient été ciblés à Trois-Rivières.

Sur ce point, René Villemure a souligné au passage qu’il est allé voir Jacynthe Comeau, qui fait la grève de la faim devant le CHAUR, sans inviter les médias, décochant ainsi une flèche à certains de ses adversaires qui ont averti les médias quand ils sont allés la voir.

Déversement des eaux usées

Lors de discussions sur le thème de l’environnement, Yves Lévesque a mentionné les problèmes de traitement des eaux usées. En 2021, on a encore 80 municipalités qui déversent des eaux usées dans le Saint-Laurent. C’est inacceptable, a-t-il déclaré en soulignant qu’un gouvernement conservateur aiderait les municipalités à régler ce problème.

Contrairement à ce que mon adversaire conservateur pense, des interventions significatives ont été faites pour mettre fin au flushgate, entre autres un inversement de 365 millions de dollars [...] pour moderniser les infrastructures de traitement d’eau potable et le système d’aqueduc. Malheureusement, ce n’était pas suffisant pour les besoins des villes québécoises, a déclaré Martin Francoeur qui affirme que les libéraux se sont engagés à investir de nouvelles sommes s’ils sont réélus.

Quelle aide pour les victimes de la pyrrhotite?

Le Parti conservateur du Canada a promis de donner 50 millions de dollars aux victimes de la pyrrhotite s’il est élu.

Dans le dernier budget fédéral, le Parti libéral s’engageait à verser de l’argent pour ces victimes, sans toutefois en préciser le montant. Martin Francoeur a déclaré jeudi que le montant est en train d’être déterminé, en partenariat avec différents ordres de gouvernement, dont la Ville de Trois-Rivières et des organisations comme la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL). Il n’a pas pu confirmer que le montant serait de 50 millions de dollars, en précisant que cela dépendra des besoins déterminés.

Un siège convoité par plusieurs partis

Le Bloc québécois a remporté la circonscription de Trois-Rivières lors des dernières élections, en 2019. La candidate bloquiste Louise Charbonneau a obtenu près de 30 % des voix, tout juste devant son adversaire libérale, Valérie Renaud-Martin et le conservateur Yves Lévesque.

Le siège était occupé depuis 2011 par le Nouveau Parti démocratique. Auparavant, il avait été détenu plusieurs années par le Bloc québécois.

La députée sortante Louise Charbonneau a choisi de ne pas se représenter. L’éthicien René Villemure est le candidat du Bloc québécois pour ces élections.

Le Parti libéral du Canada est quant à lui représenté par l’ancien éditorialiste au Nouvelliste Martin Francoeur.

Les conservateurs ont choisi de refaire confiance à l’ancien maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, pour remporter cette circonscription.

L’écrivain Adis Simidzija portera les couleurs du NPD. Le candidat vert est Andrew Holman, et celui du Parti populaire du Canada, Jean Landry.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !