•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une deuxième saison prometteuse pour Julie Gauvin

La golfeuse de Dieppe entreprend sa deuxième année universitaire avec les Hornets de Delaware State, dans la NCAA.

Jeune femme avec casquette qui sourit.

Julie Gauvin est enthousiaste à la veille de la prochaine saison de golf de la NCAA.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Bernier

François Le Blanc

Julie Gauvin n'a rien négligé pour son retour aux États-Unis. La golfeuse, âgée de 19 ans, sait que sa deuxième saison avec les Hornets de l'Université de l'état du Delaware aura son lot de défis à relever. Mais, elle a pris les moyens pour se donner les meilleures chances de réussites.

Cet été, j'ai fait des entraînements avec Peak Fitness, une entreprise spécialisée dans la préparation sportive, dit Julie Gauvin. Je crois que ça va vraiment m'aider parce que j'essaye d'avoir plus de force pour la distance de mes coups.

Le golf est un sport qui se résume parfois à de petits détails. Perfectionner ses coups de départ et d'approche lui permettra de profiter de l'une de ses forces, qui lui avait valu des félicitations l'an dernier.

Femme avec casquette qui vient de compléter un élan de golf pour un coup de départ.

Julie Gauvin a travaillé fort, cet été, pour être au meilleure de sa forme.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Bernier

Autour du vert, c'était meilleur que ce que je pensais, mentionne-t-elle. Quand je suis arrivé là, au Delaware, mon coach a dit wow!

Cette réaction lui a permis de se sentir un peu plus à l'aise dans l'équipe.

Cent fois sur le métier

La golfeuse originaire de Dieppe, au Nouveau-Brunswick, s'est concentrée sur l'entraînement, car elle a eu peu d'occasions de jouer cet été. Beaucoup de tournois ont été encore reportés en raison de la pandémie.

Jeune femme regardant au loin avec des jumelles.

Julie Gauvin prend le temps de bien évaluer sa distance avant de frapper une balle. Il faut être minutieux au golf.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Bernier

Elle a participé au championnat de golf amateur du Nouveau-Brunswick et elle a obtenu la 5e place, à 6 coups de la gagnante, Leanne Richardson. À 19 ans, je ne suis plus admissible aux (tournois) juniors, explique Julie Gauvin.

Cette belle performance contre des adversaires plus âgées est donc encourageante en prévision de sa campagne universitaire.

Apprendre et s'adapter rapidement

On savait que 2020 et 2021 ont été hors de l'ordinaire en raison de la COVID-19.

La pandémie a compliqué la saison, l'entraînement et l'école dans la National Collegiate Athletic Association (NCAA). Les restrictions sanitaires, par exemple, étaient différentes d'un tournoi à l'autre.

Il y avait un peu de stress, reconnaît Julie, qui étudie en comptabilité.

Un petit peu... un petit peu stressant avec la COVID, admet-elle. Mais, ce n'était pas si pire que ça, parce qu'on prenait quand même nos précautions. Puis à l'école, on se faisait tester de 4 à 5 fois par semaine.

Sur le plan sportif, le bilan est positif. Elle a participé à tous les tournois de son équipe, sauf un, où elle avait le rôle de substitut.

Julie est concentrée sur sa balle, elle calcule l'angle du vert pour son roulé.

Julie Gauvin lors d'un tournoi en 2017, à Bouctouche.

Photo : Radio-Canada

Ce n'est pas banal. Car, les joueuses doivent d'abord se qualifier pour être parmi les meilleures de leur équipe avant d'avoir le droit de jouer dans le tournoi. Une qualification à répéter avant chaque événement.

Je suis vraiment contente. C'était un gros défi, surtout avec la COVID. Mais, ç'a vraiment bien été. Je suis satisfaite de mon année. Puis, ç'a bien été à l'école aussi.

Car c'était là l'autre grande adaptation. Passer de l'école secondaire de Mathieu-Martin à l'université aux États-Unis, la marche peut être haute.

C'est sûr que c'était un gros ajustement, souligne-t-elle en riant. Mais, ça s'est quand même bien passé. Ç'a pris beaucoup d'organisation! J'avais beaucoup de choses à faire.

Et ça ne changera pas pour 2021-22!

Forte de cette expérience, Julie Gauvin se sent prête pour sa deuxième année. L'an passé, les Hornets de Delaware ont connu la meilleure saison depuis de l'inauguration du programme de golf, en 2014. L'équipe féminine a gagné le Navy Spring Invitational, un tournoi au Maryland.

Six jeunes femmes pointent le ciel avec leur indexx.

La photo de la victoire du tournoi Navy Sprint Invitational, à Annapolis, au Maryland, en avril dernier. Julie Gauvin est la 3e joueuse à partir de la gauche.

Photo : Hornets de Delaware State

Delaware State joindra la conférence Southland, une des ligues de la NCAA. Les premiers tournois auront lieu en octobre.

On va avoir des nouvelles filles cette année, ajoute la Dieppoise. On a une autre fille de l'Argentine qui s'en vient dans l'équipe. Ça va être plus difficile de se qualifier, mais on va vraiment avoir une bonne équipe. Ça va être le fun.

Ça lui compliquera peut-être la vie, mais Julie Gauvin a déjà prouvé que la compétition ne lui fait pas peur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !