•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Percé souhaite imposer une redevance aux visiteurs

Vue de Percé du haut des sentiers du Géoparc.

Percé pourrait demander aux visiteurs de payer une redevance.

Photo : Radio-Canada / Joane Bérubé

Roxanne Langlois

Si Percé va de l’avant avec son projet de règlement, déposé mardi soir, au conseil municipal, les visiteurs devront payer au printemps une toute nouvelle redevance lors de certains achats effectués sur place.

La Ville souhaite profiter de l’affluence massive de touristes pour augmenter ses revenus et financer l’entretien, le fonctionnement ainsi que le développement de ses infrastructures touristiques.

Si le règlement est adopté, un dollar serait ainsi ajouté à toute facture des visiteurs supérieure à 10 $. Un dollar supplémentaire sera également facturé par nuitée dans les établissements d’hébergement de Percé.

La redevance sera facturée pour l'achat de certains biens et services, par exemple au restaurant ou lors d'activités récréotouristiques. Elle ne sera pas appliquée aux produits essentiels, comme les produits alimentaires non taxables et l’essence. Elle ne touchera que les visiteurs.

Ce montant supplémentaire sera perçu par les commerçants, qui remettront ensuite les sommes récoltées à la Ville. Ils pourront conserver une compensation pour pallier les dépenses générées par cette nouvelle gestion.

Pour la mairesse Cathy Poirier, le fardeau financier, créé par l'industrie touristique, ne peut pas entièrement incomber aux seuls résidents.

Depuis l’entrée en fonction de notre conseil municipal, on s’était déjà positionné en disant que c’est inconcevable que 3000 citoyens aient à payer la facture […] pour le rocher Percé, explique-t-elle.

L’élue estime que l’administration municipale serait en mesure d’aller chercher environ 1,5 million $ récurrents par année.

Je pense que c’est vraiment gagnant-gagnant pour tous.

Une citation de :Cathy Poirier, mairesse de Percé
Des touristes marchent sur une promenade de bois à Percé.

De nombreux touristes déambulent au cœur de Percé (archives).

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

La mairesse Poirier croit que les réactions seront positives au sein des gens d’affaires. On a quand même consulté plusieurs d’entre eux. […] Je pense que c’est vraiment vu d’un bon œil. Les gens comprennent la réalité et la raison pour laquelle la Municipalité souhaite aller chercher des revenus supplémentaires qui vont permettre, vraiment, d’avantager tout le monde.

Cathy Poirier fait valoir que le conseil municipal compte simplifier le plus possible le processus. Un employé municipal sera par ailleurs disponible pour accompagner les commerçants dans la mise sur pied du nouveau fonctionnement.

Une carte pour les citoyens

Les personnes dont la résidence est située sur le territoire de Percé ainsi que celles qui sont propriétaires d’une unité d’évaluation seront exemptées de cette redevance.

Elles pourront présenter une carte citoyen générée par l’application mobile B-CITI; une version plastifiée sera aussi distribuée à ceux et celles qui la désirent.

La mairesse de Percé, Cathy Poirier.

La mairesse de Percé, Cathy Poirier (archives).

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Le règlement va être appliqué le jour où les citoyens auront cette carte citoyenne entre les mains. Ils n’auront pas nécessairement à la sortir chaque fois. À un moment donné, les gens se connaissent, mais ça se peut que pendant la saison touristique, ils sortent leur carte, explique la mairesse.

L’administration municipale détient le pouvoir d’imposer une telle redevance réglementaire en vertu de la loi 122, entérinée en 2015. Celle-ci permet l’application d’une telle redevance, mais pas d’une taxe appliquée sous la forme d’un pourcentage.

La Ville de Percé compte adopter ce règlement lors de la séance du 28 septembre prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !