•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La C.-B. exhorte les médecins à reprendre les consultations en personne

Une médecin au chevet d'un patient âgé.

Les autorités soutiennent que les masques et la campagne de vaccination rendent la pratique sécuritaire.

Photo : iStock

Radio-Canada

La Colombie-Britannique exhorte les médecins à reprendre les consultations dans leur cabinet, plutôt que de manière virtuelle, faisant valoir que les masques et la campagne de vaccination rendent la pratique sécuritaire.

Dans une lettre datée du 3 septembre, les hauts responsables provinciaux de la santé disent craindre que les urgences ne soient engorgées par des patients incapables de rencontrer leur médecin en personne.

Ils soulignent également que le système de rémunération des consultations virtuelles est en cours de révision.

Des médecins craignent toutefois que les patients ne propagent le virus, notamment en étant assis près les uns des autres dans des salles d'attente mal adaptées.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Garder les soins virtuels

Selon la médecin de famille Manya Sadouski, les soins virtuels restent utiles et ne devraient pas être complètement abandonnés.

Les risques associés à la COVID-19 sont par ailleurs toujours présents, rappelle-t-elle.

Nous constatons une augmentation des cas et des hospitalisations. Sans parler du fait qu'une partie incroyablement importante de notre population ne peut pas encore être vaccinée. C'est dangereux.

La pratique est sécuritaire, plaident les autorités

La lettre, signée par la médecin hygiéniste en chef de la province, Bonnie Henry, le sous-ministre adjoint de la Santé, Ted Patterson, et la directrice du Collège des médecins et chirurgiens de la Colombie-Britannique, Heidi Oetter, ne nie pas que les soins virtuels ont été importants durant la pandémie.

Toutefois, les signataires sont d’avis qu’une nouvelle étape doit être entamée. Compte tenu de la large couverture vaccinale, la COVID-19 ne devrait plus constituer un obstacle à la pratique en personne.

Le président de l’association Doctors of B.C., le Dr Matthew Chow, affirme que la grande majorité des médecins sont revenus aux soins en personne ou à un modèle hybride de soins en personne et de soins virtuels.

Il partage l'avis des autorités sanitaires selon lequel il est sécuritaire de rencontrer des patients.

Au fil du temps, la situation pandémique a changé. Nous avons une meilleure compréhension de la COVID-19. Nous avons mis en place des mesures de protection, et 97 % des médecins sont complètement vaccinés, indique le Dr Chow.

Il est sécuritaire de prodiguer des soins en personne avec des directives et des précautions appropriées de contrôle des infections.

Une citation de :Matthew Chow, président de l’association Doctors of B.C

Dans la lettre, les autorités sanitaires félicitent les médecins d'avoir adopté les soins virtuels alors qu'ils n'avaient pas le choix. Elles affirment toutefois que la pandémie a renforcé l'importance des soins en personne, en particulier pour les communautés éloignées et chez les Autochtones.

Avec les informations d'Yvette Brend

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !