•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pénurie de limaces : une chercheuse fait appel aux Albertains pour ses recherches

Une limace pend du bout du doigt d'un jardinier.

Les limaces peuvent être très destructrices dans les jardins de fleurs et les potagers.

Photo : Reuters / Peter Nicholls

Radio-Canada

Alors que les limaces sont le cauchemar de bien des jardiniers, une scientifique de l’Université de l’Alberta cherche désespérément à s’en procurer pour assurer la continuité de ses recherches.

Lien Luong, professeure adjointe au département de biologie de l’Université de l’Alberta, a lancé un appel urgent aux Albertains.

C’est vraiment un problème parce que l’été a été particulièrement sec, explique la chercheuse, qui s’intéresse depuis quelques années à la manière de contrôler les populations de limaces sans produits chimiques.

Elle dit que, ces dernières années, les Edmontoniens lui apportaient des limaces par milliers. Cet été, en raison du manque de pluie, elle en a reçu beaucoup moins.

On ne reçoit que quelques centaines de limaces de temps en temps de la part de personnes qui nous en ont apporté dans le passé.

Tueurs de limaces

À travers ses recherches, Lien Luong tente de déterminer si les nématodes, ou vers ronds, pourraient devenir les ennemis naturels des limaces.

Ces vers microscopiques sont déjà utilisés pour contrôler les populations de limaces au Royaume-Uni et ailleurs en Europe, mais une espèce similaire de nématodes n’a été découverte au Canada qu’en 2019.

Nous voulons savoir à quel point ils sont efficaces pour tuer les limaces au Canada. Il y a donc certaines choses que nous devons comprendre à propos de cette sorte [de nématodes] que nous retrouvons ici, explique la chercheuse.

Apportez vos limaces!

Selon Lien Luong, attraper des limaces est un art. C’est là que les jardiniers entrent en jeu.

Allez dans votre jardin tôt le matin, ou encore au crépuscule, lorsqu’il fait frais et humide, et ramassez-les avec une cuillère ou quelque chose du genre. Vous pouvez les mettre dans un pot de yaourt ou de margarine avec un peu de papier humide ou des feuilles.

Lien Luong précise que son laboratoire n’a jamais assez de limaces.

Nous congelons celles dont nous n’avons pas besoin tout de suite et nous les décongelons au cours de l’année parce que nous n’en recevons plus après le mois d’octobre.

Double tâche

Lien Luong utilise les limaces de deux manières.

La chercheuse tente d’abord de déterminer quels types de parasites tuent les limaces dans leur milieu naturel. Elle nourrit également les nématodes de limaces pour voir si les vers sont capables de tuer ces dernières.

Il s’avère que la petite limace grise, qu’on retrouve généralement dans les jardins, n’avait pas de parasites, affirme Lien Luong.

Cela pourrait expliquer pourquoi elle prolifère autant. Les nématodes dans le laboratoire peuvent vivre sur les limaces. C’est pourquoi nous demandons aux gens de nous donner leurs limaces de jardin, afin que nous puissions propager les nématodes, ajoute-t-elle.

Les personnes qui souhaitent fournir des limaces pour les recherches peuvent contacter le laboratoire à l’adresse courriel : slugs@ualberta.ca.

Avec les informations d'Emily Fitzpatrick

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !