•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de service d’obstétrique jusqu’à jeudi à l’hôpital de La Pocatière

Gros plan sur le ventre d'une femme enceinte, pendant qu'une radiologue réalise une échographie.

Dans l'Est-du-Québec, plusieurs hôpitaux sont souvent touchés par des ruptures de services en obstétrique (archives).

Photo : getty images/istockphoto / gorodenkoff

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent annonce une nouvelle rupture de service en obstétrique à l'hôpital Notre-Dame-de-Fatima de La Pocatière.

Le CISSS fait état d'un enjeu de personnel infirmier de dernière minute pour expliquer cette interruption. Il ajoute que tout est mis en œuvre pour planifier le transfert des futures mères vers Rivière-du-Loup ou Montmagny au besoin.

À l'hôpital de La Pocatière, les services sont interrompus depuis 16 heures mardi et le seront jusqu’à 8 heures jeudi matin.

L'une des entrées de l'hôpital Notre-Dame-de-Fatima, à La Pocatière.

L'hôpital Notre-Dame-de-Fatima, à La Pocatière

Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

La même situation est en cours à l'hôpital de Matane, où il les femmes ne peuvent accoucher jusqu'au 15 septembre en raison une fois de plus d'un manque de personnel infirmier.

Cette situation survient alors que le ministre de la Santé, Christian Dubé, a confirmé que la vaccination sera imposée au personnel du réseau de la santé à compter du 15 octobre, ce qui fait craindre de nouvelles ruptures de services dans la région, puisque tous les employés qui ne seront pas adéquatement vaccinés à cette date seront suspendus sans solde.

Ça suscite énormément d'inquiétude parce qu'on pense qu'il y a environ de 10 à 15 % des professionnels de la santé qui ne sont pas correctement vaccinés. Si on perd ces professionnels-là, c'est certain qu'il va y avoir d'autres ruptures de services, a expliqué la médecin et porte-parole des professionnels de la santé du comité Mes soins restent ici, Marie-Ève Fromentin, en entrevue à l'émission Même fréquence.

Chacun peut mettre l'épaule à la roue, mais il y a des limites à ce que chacun peut faire, dit-elle.

Malgré les difficultés à trouver du personnel, les services offerts à l’urgence et aux soins intensifs de l’hôpital de La Pocatière sont, pour leur part, de retour à la normale après avoir été réduits au cours des dernières semaines.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !