•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La CMM veut transformer l’île Sainte-Thérèse en parc écotouristique

Le procès visant à expulser les propriétaires de chalets, lui, s'ouvrira l'an prochain.

Plus d'une centaine de chalets ont été construits sur l'île-Sainte-Thérèse depuis la fin des années 50.

L'île Sainte-Thérèse est la cinquième plus grande île de l'archipel d'Hochelaga.

Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

Radio-Canada

Un immense parc écotouristique pourrait voir le jour dans les prochaines années à l'est de Montréal.

Le projet – maintes fois annoncé, et dont on parle depuis des décennies – vise à transformer l'île Sainte-Thérèse, qui se trouve officiellement sur le territoire de la Ville de Varennes.

La Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) a fait savoir mardi qu'un plan directeur sera élaboré en vue de définir les principes et les orientations en matière d’aménagement et d’usages prévus.

L'annonce a eu lieu en après-midi en présence du maire de Varennes, Martin Damphousse; de la mairesse de Montréal, Valérie Plante; de la mairesse de l'arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, Caroline Bourgeois; et de la mairesse de Repentigny, Chantal Deschamps.

Car bien que l'île soit sur le territoire de la Ville de Varennes, en Montérégie, elle est en fait plus près de Montréal, et même de Repentigny.

En élaborant un plan directeur, la CMM a pour objectif de rendre les terres publiques de l’île accessibles à tous, de même que de protéger et de mettre en valeur les caractéristiques du territoire.

Cette première étape en vue de créer un nouveau parc régional est estimée à 200 000 $.

Mais il y a loin de la coupe aux lèvres, car une cinquantaine de personnes entretiennent toujours de petits chalets sur l’île. Le gouvernement du Québec, qui est propriétaire de 90 % du territoire, les qualifie d'occupants sans droit et s'est adressé aux tribunaux pour les faire expulser.

Les résidents de l'île soutiennent pour leur part avoir obtenu la permission de la Congrégation du Très-Saint-Rédempteur, propriétaire de l'île jusqu'en 1975, pour se construire des chalets.

Après cinq ans de procédures, le procès est finalement prévu pour l’an prochain.

Un chalet rudimentaire, l'automne.

L'île Sainte-Thérèse compte toujours une cinquantaine de chalets comme celui-là.

Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

L'île Sainte-Thérèse mesure 5,4 kilomètres carrés. Il s'agit de la cinquième plus grande île de l'archipel d'Hochelaga, après l'île de Montréal, l'île Jésus (Laval), l'île Perrot et l'île Bizard.

Aucun pont ne la relie à la terre ferme; l’endroit n'est donc accessible que par bateau.

L'annonce de mardi ne faisait mention d'aucun échéancier. Les coûts du projet de transformation de l'île, qui ne possède pas de réseaux d’égout ni d’électricité, n'ont pas été chiffrés non plus.

Avec les informations de René Saint-Louis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !