•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort mystérieuse de centaines d’oies blanches au Nunavut

Deux oiseaux dans l'herbe avec au loin des montagnes enneigées

Des oies des neiges sur l’île Bylot, au Nunavut.

Photo : Frédéric Dulude/Courtoisie de Marie-Christine Cadieux

Radio-Canada

Des agents du Service canadien de la faune ont ouvert une enquête après la découverte de quelques centaines d’oies des neiges mortes près de Cambridge Bay au Nunavut.

Selon le biologiste du Service canadien de la faune, Eric Reed, les oies ont été retrouvées à Starvation Cove à une trentaine de kilomètres à l’ouest de Cambridge Bay.

La cause de leur décès reste à déterminer.

Nous essayons d’envoyer des gens dans le secteur pour ramasser des échantillons et obtenir plus d'informations sur ce qui s’est passé, dit-il.

Trop d’oiseaux, pas assez de nourriture

Ce n’est pas la première fois qu’un décès massif d’oies des neiges se produit au Nunavut. Dans le passé, explique Eric Reed, la mort des oiseaux avait été liée à un manque de nourriture provoqué par de mauvaises conditions météorologiques. 

D'après le biologiste, les oies des neiges ont commencé à être surpeuplées sur l'île de Victoria ces dernières années. Autrement dit, trop d’oies compétitionnent pour une nourriture limitée.

Au cours des trois dernières décennies, des mesures de conservation ont essayé de réduire la taille de cette population pour empêcher une nouvelle dégradation de son habitat et protéger d'autres espèces, dit-il.

Il est donc possible que nous commencions à voir cette population se stabiliser ou même diminuer, explique le biologiste. Nos programmes de surveillance montrent que cette population est en baisse, ce qui, dans ce cas, n'est pas préoccupant, car c'est ce que nous voulons.

Eric Reed estime que ces décès de masse pourraient être préoccupants s’ils se répètent et qu'il surveillera de près la situation.

Malgré le nombre élevé d'oies des neiges, il est toujours illégal de les chasser entre le 30 juin et le 15 août dans la région.

Avec des informations de Jordan Konek

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !