•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La saison touristique à l’île aux Basques compromise

Le rivage et le bateau de traverse à l'Île aux Basques, au large de Trois-Pistoles.

L'Île aux Basques, au large de Trois-Pistoles (archives)

Photo : Jean-Pierre Rioux

Depuis près de deux semaines, un bris à l’un des deux moteurs du navire qui transporte les passagers à l’île aux Basques, située au large de Trois-Pistoles, a forcé la Société Provancher à suspendre ses activités.

Le navire transporte normalement des clients qui ont loué un chalet sur l’île aux Basques jusqu’à la mi-octobre. La Société Provancher doit cependant annuler les réservations de location de chalets pour la semaine prochaine en attendant la réparation d'une pièce du moteur.

Avec l’autorisation de Transports Canada, l'entreprise pourrait mettre le navire à l’eau et naviguer avec un seul moteur, si la météo le permet. Une décision sera prise sous peu, informe René Nault qui est membre du conseil d'administration de la Société Provancher.

M. Nault se dit cependant déçu que la fin de la saison soit compromise.

On est déçu pour nos clients. Il faut comprendre qu’il y a des gens qui ont réservé en janvier. […] On espère que ça va se régler rapidement. Malheureusement, pour les gens qui ont réservé pour la semaine passée et cette semaine, on verra quel arrangement on peut prendre avec eux, explique-t-il.

M. Nault indique que la saison touristique actuelle a battu des records d’achalandage avec plus de 1000 personnes qui ont visité l’île cette année.

Par ailleurs, la saison des croisières à l’île aux Basques, qui devait se terminer le 6 septembre, s’est conclue plus tôt que prévu également en raison du bris du moteur du navire.

En attendant la réponse de Transports Canada, la Société Provancher espère recevoir la pièce manquante pour réparer le moteur. Des délais sont cependant à prévoir selon M. Nault considérant le contexte sanitaire et les retards dans la chaîne d’approvisionnement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !