•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les étudiants en Atlantique renouent avec leurs campus universitaires

Pancarte: Le masque reste obligatoire sur le campus.

Le masque est obligatoire à l'Université de Moncton. La communauté universitaire doit aussi être doublement vaccinée, sans quoi les tests de dépistage à la COVID-19 seront requis sur une base régulière.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Après plus d’un an d’enseignement principalement à distance, des milliers d’étudiants universitaires sont de retour en personne sur les campus.

C’est mardi matin que les étudiants de l’Université de Moncton reprennent leurs cours. 

Les étudiants sont fébriles de retrouver un semblant de vie normale. Malgré des mesures sanitaires strictes, ils sont heureux de rompre avec l’isolement.

Renée Gardner est arrivée de l’Île-du-Prince-Édouard. Il s’agit de sa première rentrée universitaire. Elle sait qu’elle devra se plier à certaines mesures sanitaires, comme le port du masque.

Les masques vont probablement être un petit changement pour nous parce qu’à l’île tu n’en avais pas besoin, mais on les portait toujours à l’école, mais ça sera différent de les avoir toujours maintenant, raconte-t-elle.

Les étudiants et le personnel de l’Université de Moncton ainsi que ceux de la grande majorité des institutions d’enseignement postsecondaire en Atlantique, devront aussi fournir une preuve de double vaccination ou choisir de subir régulièrement des tests de dépistage à la COVID-19.

En provenance de l’Ontario, l’étudiante en droit An Moldeep et son père sont satisfaits des mesures mises en place par l’Université.

An Moldeep.

An Moldeep est satisfaite des mesures sanitaires mises en place à l'Université de Moncton.

Photo : Radio-Canada

Je suis contente de voir que l’Université de Moncton prend les bonnes restrictions comme porter ton masque. Et ils ont aussi les places assignées pour chaque personne, je pense qu’ils ont mis de bonnes mesures, se réjouit l’étudiante.

Pour les provinces maritimes, il n’y a pas de cas alors moi je suis content, observe de son côté son père Billy Moldeep.

Pour la santé mentale

Pour plusieurs étudiants, la dernière année scolaire a été difficile, surtout en ce qui concerne les mesure d'isolement et les différentes périodes de confinement.

Pour Sarah Plante, étudiante en kinésiologie, le retour en classe signifie aussi la reprise des activités sociales.

Juste pour les projets pour pouvoir s’entraider, pour faire les examens, étudier, faire les projets, ça va faire un côté social qu’on n’avait pas. Faire des soirées amicales aussi, qu’on n’a pas eu depuis un an et demi , souligne Sarah Plante.

Même sentiment de fébrilité chez son amie Sarah Mercier. Celle qui vient de s’installer dans son appartement a vécu de l’anxiété récemment en lien avec la rentrée scolaire.

Sarah Mercier .

Sarah Mercier raconte que la rentrée universitaire vient avec son lot de stress.

Photo : Radio-Canada

On va prendre ça une journée à la fois [...] C'était plus comme le changement qui m'a stressé, mais là ça va bien tout de suite.

À Halifax, les étudiants affluent

En septembre, c’est près de 30 000 étudiants qui fréquentent les multiples universités, qui débarquent à Halifax.

Plusieurs poussent un soupir de soulagement. C’est le cas de Jérémie Guérard, qui est étudiant en quatrième année en sciences de la terre.

Jamie Guérard.

Jamie Guérard étudie en sciences de la terre et le retour en présentiel est bénéfique pour lui.

Photo : Radio-Canada

L’aspect des sciences de la terre c’est d’apprendre en personne avec les objets et les personnes, en classe, en laboratoire ou sur le terrain et c’est mieux pour moi d’être ici en personne, indique l’étudiant originaire de Repentigny.

Kiana Higuchi commence sa deuxième année, mais elle a le sentiment d’être une petite nouvelle.

Je me sens en première année, même si ce n’est pas le cas! , dit-elle en riant.

Tout comme l’Université de Moncton, les établissements de la Nouvelle-Écosse ont mis en place un protocole strict pour la rentrée, mais cela ne dérange pas Starla Phillips de Vancouver.

Il y en a beaucoup, mais c’est pour nous garder en sécurité, concède-t-elle.

Avec des informations de Jérémie Tessier-Vigneault et d'Héloïse Rodriguez

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !