•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Meurtre à Truro, la communauté indienne craint un acte haineux

Prabhjot Singh Katri.

Les amis de Prabhjot Singh Katri racontent que ce dernier tentait d'avoir une vie meilleure au Canada.

Photo : GoFundMe

Radio-Canada

La police de Truro, en Nouvelle-Écosse, traite maintenant la mort d’un homme survenue dimanche comme un homicide, mais préfère ne pas émettre d'hypothèses sur les motifs du crime.

Le chef de la police de Truro, David MacNeil, a rencontré les médias mardi matin pour faire le point sur l'enquête.

Le chef de la police de Truro, David MacNeil.

Le chef de la police de Truro, David MacNeil, indique que l'enquête sur la mort de Prabhjot Singh se poursuit.

Photo : CBC

La police confirme que la victime, Prabhjot Singh, un homme de 23 ans de Truro, a été retrouvée dans un immeuble d'habitation de la rue Robie tôt dimanche. Il a été transporté à l'hôpital et a succombé à ses blessures peu après.

Le chef MacNeil a indiqué qu'il s'agissait d'un homicide et que la division criminelle de la police de Truro travaillait avec le Groupe des crimes majeurs du nord-est de la Nouvelle-Écosse et les Services des sciences judiciaires et de l'identité de la Gendarmerie royale du Canada.

Selon David MacNeil, une personne d'intérêt a été appréhendée, mais a depuis été relâchée et, pour le moment, aucune accusation n'est portée contre elle.

S'agit-il d'un crime haineux?

Selon des amis de la victime, Prabhjot Singh est originaire de l’Inde et s'est installé au Canada en 2017 pour étudier.

Agampal Singh pense qu'il pourrait s'agir d'un crime haineux.

Il n'a jamais eu de mauvaises fréquentations, n'a jamais fumé, n'a jamais bu, n'a pas touché à la drogue. Il n'avait que quelques amis ici, explique M. Singh. Il ne parlait pas avec des gens qu'il ne connaissait pas. Je pense que c'est peut-être un crime haineux.

Mais la police de Truro ne s'avance pas sur les motifs du crime.

Contrairement à ce qui circule sur les médias sociaux, nous ne pouvons pas dévoiler d’information sur les motifs du crime à ce moment-ci. Si au cours de notre enquête il apparaît que cette raison est un motif du crime ou un facteur dans cette cause, des accusations appropriées seront déposées, a indiqué le chef David MacNeil.

Il ajoute qu'il a rencontré personnellement la famille et les amis de Prabhjot Singh. Le chef a indiqué que toute la communauté de Truro était attristée par les événements.

Un jeune homme travaillant, selon ses proches

Un de ses amis, Jatinder Kumardeep, a déclaré que Prabhjot Singh retournait à la maison qu'il partageait avec sa sœur et son mari dimanche au moment des faits.

C'est un gars innocent qui revenait de son travail. Il conduit un taxi, a-t-il raconté.

M. Kumardeep dit qu'il n'a pas dormi depuis la mort de son ami. Il souligne qu'il y a peu d'étudiants étrangers à Truro et que la plupart se connaissent.

Nous ne nous sentons pas du tout en sécurité, a-t-il déclaré.

Selon lui, la petite communauté indienne de la ville a tendance à se tenir tranquille et à éviter les problèmes. 

Jatinder Kumardeep a créé une levée de fonds en ligne pour aider à renvoyer le corps de son ami en Inde auprès de ses parents afin que ces derniers puissent tenir des funérailles.

Rien n'a été volé

Un autre ami de la victime, Agampal Singh, a déclaré que Prabhjot Singh Katri était une bonne personne. 

Rien n'a été volé. Même son téléphone était dans sa poche, a-t-il déclaré. Nous n'avons aucune idée de la raison pour laquelle cela s'est produit.

Son ami n'avait pas d'ennemis, a-t-il ajouté.

Le jeune chauffeur de taxi avait terminé ses études et avait maintenant un visa de travail, dans l’objectif de demander la résidence permanente au Canada, a-t-il également précisé.

Et puis cette chose arrive, qui a totalement détruit sa famille et nous aussi.

Agampal Singh a bon espoir tout de même que la police rendra justice à son ami.

Nous sommes venus dans ce pays pour un bon avenir, a-t-il dit. Nous ne sommes pas en sécurité. Je ne peux même pas dormir.

Avec des informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !