•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fête du Travail, une occasion de promesses pour les partis fédéraux

Des chaises sur des tables d'un restaurant désert.

Le secteur de la restauration a été durement touché en raison des fermetures obligatoires imposées par l'application des mesures sanitaires.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

À l'occasion de la fête du Travail, les chefs des principaux partis politiques fédéraux ont énuméré leurs promesses pour améliorer le sort des travailleurs canadiens, au moment où des secteurs d'activités sont encore touchés par la pandémie. Survol des propositions.

Le chef du Parti libéral du Canada (PLC), Justin Trudeau, a souligné que le plan de sa formation politique proposait entre autres de bonifier l’Allocation canadienne pour les travailleurs, dans le but de redonner jusqu’à 1400 $ à un million de travailleurs de plus.

M. Trudeau promet également d'instaurer un congé de maladie payé de 10 jours pour tous les travailleurs sous réglementation fédérale. Il entend aussi fixer le salaire minimum à 15 $ de l’heure.

Il entend aussi former et apporter le soutien aux préposés au soutien à la personne et leur assurer un salaire minimum de 25 $ de l’heure.

Portrait de Justin Trudeau souriant.

Justin Trudeau, chef du Parti libéral du Canada.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Il a rappelé son projet de créer un système national de garderies à 10 $ par jour pour que les mères puissent accéder au marché du travail et de créer plus d’emplois pour la classe moyenne. Des ententes ont été conclues avec huit provinces et territoires jusqu'à maintenant.

Depuis 2015, nous nous sommes concentrés à livrer des changements réels et ambitieux ayant comme priorité les travailleurs. Ces changements incluent des mesures législatives sur l'équité salariale, ainsi les femmes et les hommes peuvent compter sur des salaires égaux pour un travail de valeur égale, à abroger les lois antisyndicales établies par les conservateurs, et à interdire les roulements de contrats, a-t-il résumé.

Consultez notre dossier sur les élections fédérales 2021.

Les conservateurs et l'allocation aux travailleurs

Pour sa part, le chef du Parti conservateur du Canada (PCC), Erin O’Toole, a souligné que son plan proposait de doubler l’Allocation canadienne pour les travailleurs.

Ainsi, l'aide financière atteindrait un maximum de 2800 $ pour les particuliers ou 5000 $ pour les familles. Le leader conservateur a précisé que les versements s'effectueraient sous la forme d'un dépôt direct tous les trois mois.

Le chef conservateur Erin O'Toole.

Le chef conservateur Erin O'Toole.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Selon le PCC, cette mesure permettrait de venir en aide à 3,5 millions de familles. Pour un particulier gagnant entre 12 000 $ et 28 000 $ par an, cela représente une augmentation d’un dollar de l’heure, écrit-il dans son communiqué de presse.

Un gouvernement conservateur doublerait aussi le supplément pour invalidité, a dit Erin O'Toole. Il le ferait passer de 713 $ à 1500 $. D'après lui, cette mesure viendrait en aide à environ 90 000 travailleurs handicapés.

On ne doit oublier personne. Et on ne va oublier personne dans notre reprise économique. On va s’assurer que l’aide est là pour ceux et celles qui tentent de joindre les deux bouts. Ça comprend les travailleurs à faible revenu, ceux qui gagnent le salaire minimum, et leurs familles.

Une citation de :Erin O’Toole, chef du Parti conservateur

Le NPD propose des congés de maladie payés

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Jagmeet Singh, a indiqué que son plan pour aider les travailleurs consisterait notamment à donner 10 journées de congé de maladie payées pour les employés relevant du fédéral.

Il promet également de bonifier la Prestation canadienne pour la relance économique pour que les travailleurs aient accès à des congés de maladie au besoin.

De plus, il s'engage à mettre sur pied des services de garde universels à 10 $ par jour, en respectant les ententes déjà conclues, dont celle avec le Québec, à offrir un salaire minimum fédéral de 20 $ de l'heure, à apporter des protections supplémentaires aux régimes de retraite et à rendre plus accessible l’assurance-emploi.

Pendant un an et demi, le NPD s’est battu pour obtenir des congés de maladie payés : non seulement Justin Trudeau a refusé d’agir, il s’y est même opposé.

Une citation de :Jagmeet Singh, chef du NPD

De surcroît, M. Singh a attaqué les prises de position passées du chef conservateur Erin O'Toole, insistant sur le fait qu'il ne défendait pas les intérêts des travailleurs, mais plutôt ceux des grandes entreprises.

Gros plan de Jagmeet Singh.

Jagmeet Singh

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Il a rappelé que celui-ci avait voté contre l'augmentation du salaire minimum fédéral, contre des médicaments plus abordables et contre des factures de téléphonie cellulaire réduites.

Tout comme Justin Trudeau, le plan d'Erin O'Toole offre des passe-droits aux ultrariches et rend la vie plus difficile pour tous les autres, a-t-il déploré.

Le Bloc et le programme d'assurance-emploi

Quant au chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, il a énoncé une série de propositions pour défendre les conditions de travail et les droits des travailleurs. Le parti prône une réforme globale du programme de l’assurance-emploi pour qu’elle soit enfin une véritable assurance pour tous les travailleurs qui en ont besoin.

Son projet accorderait un accès facilité aux prestations pour les travailleurs autonomes, la fin du trou noir pour les travailleurs saisonniers, le prolongement de 15 à 50 semaines des prestations spéciales pour personnes malades, puis un soutien financier aux jeunes mères qui perdent leur emploi à la fin de leur congé parental.

Plan rapproché d'Yves-François Blanchet.

Yves-Francois Blanchet, chef du Bloc québécois.

Photo : Radio-Canada / Justin Tang

Le Bloc suggère aussi d'interdire le recours aux briseurs de grève, de mettre fin aux flips de contrats et de financer convenablement le retrait préventif des femmes enceintes.

Nous poursuivrons notre combat pour protéger les retraités en cas de faillite d’une entreprise.

Une citation de :Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois

Il entend déposer à nouveau un projet de loi pour faire des caisses de retraite, des créances prioritaires en cas de faillite d’une entreprise.

Le plan du Bloc comprend aussi la prolongation de la PCRE pour le milieu des arts et de la culture, de l’industrie du voyage et d’autres secteurs d'activités où la reprise économique tarde à se faire sentir.

Nous lutterons aussi pour que la Charte de la langue française s’applique dans les entreprises de compétence fédérale, afin que chaque Québécois puisse travailler en français. Nous nous battrons pour une hausse sans condition, majeure et durable, des transferts en santé, en soutien au personnel soignant qui a besoin de renfort, a affirmé le chef de la formation, Yves-François Blanchet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !