•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après 45 ans, le restaurant Jean Burger, en Outaouais, ferme ses portes

L'affiche du restaurant Jean Burger.

L'histoire de Jean Burger a commencé dans un autobus avant de se transporter dans le restaurant de Wakefield.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Après avoir servi sa clientèle au cours des 45 dernières années, le restaurant Jean Burger de Wakefield ferme ses portes. Les propriétaires, Jean Philippe et sa femme Rita, ont choisi de prendre leur retraite.

Pour toute l’équipe faisant partie de cette entreprise familiale, lundi a été une journée remplie de nostalgie. Sa belle-fille, Nancy Gagné, y a consacré les 24 dernières années de sa vie.

Lundi matin, quand on s’est levés toute la famille ensemble, on a jasé de [la fermeture]. Ça vient nous chercher émotionnellement. On est fragiles. On a pleuré, a-t-elle raconté.

Nancy Gagné en entrevue.

Nancy Gagné est la belle-fille des propriétaires en plus d'avoir été une fidèle employée pendant 24 ans.

Photo : Radio-Canada

Bon nombre de clients ne voulaient pas manquer l’occasion de les remercier et de manger un dernier hamburger et une dernière poutine chez Jean Burger. Des gens sont venus de partout au Québec ou en Ontario, de Québec, de Montréal, de Trenton et de Brockville.

C’est une immense vague. Je ne penserais jamais avoir touché les gens comme ça, a poursuivi Nancy Gagné, un peu incrédule. C’est flatteur et extrêmement touchant de voir comment les gens nous aiment, mais il faut qu’ils sachent que nous les aimons énormément aussi et qu’ils vont nous manquer.

Gros plan sur un plat de poutine.

La poutine qui a fait la renommée de ce que plusieurs considèrent comme une institution

Photo : Radio-Canada

Jean Burger, beaucoup de gens l’appelaient comme ça, c’est un homme simple, généreux et bon.

Une citation de :Nancy Gagné, belle-fille des propriétaires

Selon elle, ce qui a fait le succès du restaurant, c’est entre autres le service à la clientèle et la grande disponibilité du restaurant, qui fermait ses portes seulement quatre jours par année.

Le secret, c’est d’être là, de veiller à ce que tout se passe bien [et] à ce que chaque client soit servi à la hauteur, a-t-elle insisté. Elle a noté que la pandémie de COVID-19 a limité les contacts avec la clientèle.

Une pancarte contenant plusieurs messages.

Devant le restaurant, on peut lire de nombreux messages de remerciements destinés aux propriétaires et à toute l'équipe.

Photo : Radio-Canada

Une vie loin du boulot

Si les propriétaires ont choisi de fermer leurs portes, c’est pour s’assurer que leur retraite soit bien réelle. Si d'autres membres de la famille avaient pris la relève, nul doute que Jean et Rita auraient continué à travailler de temps en temps, a prédit leur belle-fille et fidèle employée.

Ils ont 72 ans, ils sont en bonne santé. Ça n’a pas de prix. Ils vont pouvoir profiter de la vie, faire ce qu’ils aiment, du quatre roues, du camping.

La devanture du restaurant Jean Burger annonçant la fin de cette aventure.

Le 6 septembre était la dernière journée d'ouverture pour le casse-croûte.

Photo : Radio-Canada

La bâtisse a été mise en vente au mois de mai, et elle n’a toujours pas trouvé preneur, mais Nancy Gagné n’est nullement inquiète qu’un acheteur sérieux manifestera son intérêt dans un avenir rapproché.

Avec les informations d’Emmanuelle Poisson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !