•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Contraint par la pandémie, Marc Van Oordt créé son propre Ironman à Potton

Marc Van Oordt à l'entraînement à Potton.

Marc Van Oordt s'entraîne en vue de compléter un ironman au mont Owl's head la semaine prochaine.

Photo : Radio-Canada / Jean Arel

Radio-Canada

Alors qu'il devait représenter le Canada au Championnat du monde Ironman dans son pays natal dimanche prochain, Marc Van Oordt a dû revoir ses plans en raison de la pandémie. Il a plutôt décidé de recréer cette épreuve au mont Owl's Head la semaine prochaine, au même moment que la compétition officielle aux Pays-Bas.

Pour réaliser cette épreuve, l'athlète s'entraîne dès les premières heures du jour.

Accompagné de sa conjointe Annabelle, Marc Van Oordt se prépare à sauter à l'eau dans le lac Memphrémagog. Il est tout juste 7 h. Il nagera 3,8 kilomètres lors de la première étape du Ironman qui l'attend dimanche prochain.

Marc Van Oordt n'en est pas à son premier Ironman. Il a représenté le Canada en 2012 au Championnat du monde des maîtres au Pays basque. C'est une belle compétition et de pouvoir faire ça avec le drapeau canadien sur le dos, c'était quelque chose de spécial pour moi, se souvient-il.

Marc Van Oordt à vélo.

L'athlète complétera 180 kilomètres de vélo dans le cadre de l'épreuve.

Photo : Radio-Canada

Il aurait souhaité retourner au Championnat du monde dimanche prochain dans son pays natal, les Pays-Bas, mais la pandémie en a décidé autrement.

Ça a été déchirant évidemment parce que je voulais vraiment être aux Pays-Bas pour représenter le Canada et finalement, je me suis dit que tant qu'à m'entraîner, je vais le faire quand même.

Une citation de :Marc Van Oordt, athlète

Il roulera donc 180 kilomètres à vélo le même jour que le Championnat du monde, une épreuve exigeante. Mais j'ai fait exactement le circuit que je vais faire il y a deux semaines dans la canicule. Ça a bien été, donc ça ne me fait pas peur, dit-il.

Selon sa conjointe, Marc possède toutes les qualités requises pour réussir à nouveau l'exploit

Il est tellement positif. Il se dit toujours que s'il fait quelque chose, il va y arriver. Dans notre couple, c'est la même chose aussi. On peut passer à travers des épreuves, mais on se dit toujours, on va réussir, relate Annabelle Amboise.

Une épreuve créée de toute pièce

Inspiré par l'épreuve du Canadaman du Mont-Mégantic, l'athlète maintenant âgé de 50 ans complétera son marathon de 42,2 kilomètres au sommet du mont Owl's Head.

Comme il ne s'agit pas d'une compétition officielle, Marc Van Oordt parcourra une bonne partie de ces kilomètres en solo. Et même dans le noir à la frontale avec un petit peu de douleurs dans les jambes probablement, précise-t-il.

Et même s'il n'affrontera aucun adversaire et que personne ne sera présent pour lui remettre une médaille, Marc Van Oordt pourra compter sur le soutien et les encouragements de sa famille.

J'espère qu'il y aura quelqu'un pour m'accueillir, ma conjointe probablement et mes trois garçons qui vont courir un petit peu avec moi, souhaite-t-il.

Un exploit d'environ 15 heures qu'il effectuera en amassant des dons pour le Centre d'action bénévole de la Missisquoi-Nord.

D'après le reportage de Jean Arel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !