•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Erin O’Toole fait volte-face sur les armes d’assaut

Le groupe PolySeSouvient n'est toutefois pas convaincu par ce changement de cap.

Erin O'Toole

Le chef conservateur Erin O'Toole s'est adressé aux médias à Vancouver dimanche.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Ismaël Houdassine

Le chef du parti conservateur du Canada, Erin O’Toole, a finalement clarifié sa position sur les armes d’assaut de type militaire en déclarant qu’il maintiendrait le décret des libéraux qui interdit ce type d’armes au pays en cas d'une victoire conservatrice aux élections du 20 septembre.

Erin O’Toole a fait cette déclaration lors d'une conférence de presse tenue à Vancouver, où il a rendu public son plan de lutte contre la criminalité.

Le leader est sous le feu des critiques après avoir tenu des propos visiblement en contradiction avec sa propre plateforme électorale en ce qui concerne l’interdiction des armes d’assaut de type militaire, lors du Face-à-face de TVA jeudi. Depuis, il a pourtant eu plusieurs occasions de clarifier sa position sur les armes.

Je veux que ma position sur les armes à feu soit parfaitement claire. Premièrement, l'interdiction des armes d'assaut restera en place. Deuxièmement, les restrictions actuelles d'un certain nombre d'autres armes à feu resteront en place.

Une citation de :Erin O’Toole, chef conservateur

Avant cette volte-face, le chef conservateur se défendait de répondre clairement aux questions des journalistes lui demandant pourquoi il voulait renverser l’interdiction de 1500 fusils d’assaut de type militaire des libéraux.

Nous procéderons à une révision transparente du processus de classification des armes à feu afin d'éliminer les aspects politiques de ce processus et de faire participer le public aux décisions concernant la sécurité publique, a-t-il déclaré.

C'est précisément cette volonté de revoir la manière de classifier les armes qui préoccupe PolySeSouvient.

Il n'est pas difficile de prédire comment une telle révision se solderait, puisqu'il a déclaré à plusieurs reprises que les fermiers, les chasseurs et les tireurs sportifs "ont été injustement ciblés" par les prohibitions de 2020.

Une citation de :Extrait d'un communiqué envoyé par PolySeSouvient

Le fait que le lobby des armes à feu ne se soit pas opposé à sa nouvelle position et qu'il dise à ses membres de rester calmes soutient cette interprétation, peut-on également lire dans la déclaration écrite envoyée dimanche soir par le groupe, qui milite pour le contrôle des armes à feu.

Le chef conservateur a reproché à Justin Trudeau de faire de la politique à l’américaine. Il a accusé le chef libéral d’avoir ignoré la montée de la criminalité et la contrebande des armes à feu en provenance des États-Unis.

Consultez notre dossier sur les élections fédérales 2021.

Questionné sur ce qu'il ferait si l'examen recommandait la suppression de l'interdiction de 2020, il n'a pas répondu directement à la question, affirmant plutôt que l'examen serait un moyen de dépolitiser le contrôle des armes à feu.

Est-ce qu’il maintiendrait l’interdiction libérale des 1500 modèles d’armes à feu pour toujours? Là aussi, le chef conservateur n'a pas répondu directement à la question, se contentant de répliquer qu’il allait maintenir l’interdiction.

Le revirement de M. O’Toole survient alors que Justin Trudeau a accusé plus tôt Erin O’Toole d’être à la solde des lobbys des armes à feu, plaidant pour sa part pour un renforcement des mesures de contrôle des armes à feu.

Le chef libéral a promis la mise en place d’un programme gouvernemental de rachat obligatoire d’armes à feu de style militaire et une enveloppe d'un milliard de dollars pour soutenir les provinces et les territoires qui interdisent les armes de poing.

Une arme semi-automatique

Erin O’Toole fait volte-face sur les armes d’assaut de type militaire

Photo : The Associated Press / Rich Pedroncelli

Recruter plus de policiers

Pour remédier à la hausse de crimes violents au pays, il promet l’embauche de 200 agents supplémentaires pour la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et il compte investir 100 millions de dollars sur cinq ans pour appuyer la formation des services de police.

Chaque Canadien devrait pouvoir compter sur le fait que, lorsqu'il décroche le téléphone et compose le 911, quelqu'un répondra.

Une citation de :Erin O’Toole, chef conservateur

Le budget de 100 millions de dollars serait destiné à la formation des policiers non provinciaux dans la lutte contre la cybercriminalité, l’exploitation sexuelle et la violence familiale.

De plus, le chef conservateur compte créer un poste d’agent de liaison avec les nations autochtones, pour bâtir de la confiance et rebâtir des liens avec les Premières Nations et les peuples autochtones urbains. À ce titre, le programme offrira de nouvelles façons pour les peuples autochtones de servir en uniforme, a-t-il spécifié.

Les contingents de la GRC seraient déployés en majorité dans la région métropolitaine de Toronto, en Ontario, et au Lower Mainland, en Colombie-Britannique, a indiqué M. O'Toole. Ils seront spécifiquement affectés à la lutte contre la violence des gangs de rue et la contrebande d'armes et de drogues, a-t-il ajouté.

Le chef conservateur a également blâmé les candidats libéraux et néo-démocrates qui souhaitent définancer les forces de police. Je ne suis pas d’accord!, a-t-il lancé. On a besoin encore plus de policiers, pas moins.

De plus, il a parlé de l’urgence d'agir face à la criminalité qui, selon lui, a augmenté à travers tout le pays. Alors même que les épisodes de violence armée se multiplient dans nos communautés, nos forces de police sont déjà à bout de souffle, a-t-il dit.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !