•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation à l’occasion des deux ans de l’usine Bitfarms à Sherbrooke

Des citoyennes tiennent des pancartes sur lesquelles on peut lire « le bruit... ça suffit».

Des citoyens ont manifesté, pancarte à la main, contre le bruit émis par Bitfarms.

Photo : Radio-Canada / Jean Arel

Radio-Canada

Une trentaine de citoyens dérangés par le bruit émis par l'usine Bitfams depuis deux ans ont souligné ce triste anniversaire au parc Blanchard samedi.

Ils avaient invité les trois candidats à la mairie de Sherbrooke, mais aucun n'a participé au rassemblement.

Ils ont tous refusé notre offre, déplore Benjamin Côté, l'un des citoyens impliqués dans le dossier. Oui, on était peut-être à la dernière minute, mais ces événements-là, ça ne se planifie pas des semaines d'avance malheureusement. On est très déçus parce que l'image que ça nous laisse, c'est que ce n'est pas une priorité pour eux.

Par courriel, la candidate à la mairie de Sherbrooke, Évelyne Beaudin, indique qu'elle n'a pu se libérer pour l'événement en raison du court préavis donné par les résidents. J’ai proposé aux citoyens touchés de les rencontrer. J’avais pris position lors d’une rencontre citoyenne cet été pour dire qu’il fallait mettre en place des règles pour éviter de se retrouver avec ce genre de problème. Et il faut trouver une solution pour que le voisinage des deux côtés de la rivière Magog retrouve une qualité de vie, indique la candidate par courriel.

Des conseillers municipaux sur place

Néanmoins, plusieurs conseillers municipaux qui appuient les citoyens depuis plusieurs mois étaient sur place. Des candidats au poste de conseillers étaient aussi au rendez-vous pour écouter les revendications des citoyens.

Le conseiller Paul Gingues a affirmé que Bitfarms doit déménager au plus tôt pour redonner une qualité de vie aux citoyens touchés.

J'avais proposé ça dès le début du conflit ou pas longtemps après et on m'avait regardé avec de gros yeux, mais moi, je savais qu'éventuellement, c'est ce qu'on devrait faire parce que Bitfarms a investi beaucoup d'argent pour contrer le problème et les résultats ne sont pas au rendez-vous, affirme Paul Gingues.

D'ici là, Bitfarms doit respecter ses engagements environnementaux, soutient pour sa part le conseiller Marc Denault.

Il y a des négociations présentement. Le dossier sera amené au conseil municipal, mais l'essentiel du message des citoyens, c'est qu'on doit arrêter de polluer l'environnement de ces gens-là, donc de réduire le nombre de mégawatts et de respecter le règlement municipal, indique-t-il.

Avec le soutien financier de la ville de Sherbrooke, l'entreprise de cryptomonnaie pourrait s'installer bientôt dans le parc industriel, sur la rue Léger près du boulevard de Portland.

D'après le reportage de Jean Arel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !