•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Alberta appelle en renfort des infirmières en dehors de la province

Des infirmières déplacent un patient.

Les infirmières se disent épuisées après des mois à lutter contre la pandémie et se sentent démoralisées face à la réduction salariale à laquelle elles font face.

Photo : Leah Hennel / Services de santé Alberta

Radio-Canada

L’Alberta travaille avec des agences de recrutement en dehors de la province pour embaucher des infirmières contractuelles. Services de santé Alberta (AHS) espère ainsi pallier la pénurie de lits et de personnel devant cette quatrième vague de COVID-19.

C’est un effort de dernier recours : notre bassin local d’infirmières est sur le point d'être épuisé, indique l’agence de santé publique dans un courriel samedi.

Le Syndicat des infirmières unies de l’Alberta (UNA) a été averti vendredi de cette nouvelle mesure.

Dans un communiqué, l’UNA signale que la province compte trouver ce personnel contractuel grâce aux entreprises privées Greenstaff Medical Canada de Toronto, Brylu Staffing de Vancouver et Northern Nursing Solutions d’Airdrie, en Alberta.

La hausse des hospitalisations pousse par exemple Services de santé Alberta à reporter de nombreuses interventions chirurgicales, dont la moitié de celles prévues pour la région d’Edmonton. La zone la plus touchée est le nord où une réduction de 60 % des opérations est attendue la semaine prochaine.

Notre plus gros défi est de trouver des travailleurs de la santé pour s'occuper de cette demande de lits, explique Services de Santé Alberta. Cela limite notre capacité à ouvrir des lits supplémentaires, ce qui complique notre capacité à soigner nos patients.

Des travailleurs de la santé épuisés

Le directeur des relations de travail à l'UNA, David Harrigan, souligne l’épuisement des infirmiers et infirmières.

Je peux comprendre pourquoi AHS doit recruter des [employés] contractuels, car c’est une vraie crise, précise-t-il. Par contre, la réponse est de s’asseoir et de discuter sur la façon qu’on peut retenir nos employés à la place de les exploiter.

Une offre d'emploi affichée il y a un mois sur le site Indeed.com par Greenstaff Medical Canada proposait des postes occasionnels d'infirmières diplômées à Edmonton pour un salaire de 75 $ de l’heure.

Actuellement, une infirmière albertaine diplômée peut gagner au maximum 48 $ de l’heure.

« Il n’y a pas de meilleur moyen de montrer au public et aux infirmières [qu’AHS] n’a aucun respect à l’égard des services de santé »

— Une citation de  David Harrigan, directeur des relations de travail à l'UNA

Le syndicat réclame une augmentation salariale de 2 % et souligne que les infirmières n’ont reçu aucune augmentation ces cinq dernières années. Services de santé Alberta propose de son côté une réduction de salaire de 3 %.

AHS s'engage à révéler si elle conclut une entente avec une des agences de recrutement, selon l’UNA. L’agence de la santé publique ne dit pas à quel taux horaire seront payées les infirmières contractuelles.

Avec les informations de Sarah Rieger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !