•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le libéral Raj Saini n’est plus candidat

Raj Saini sourit derrière une pancarte posée par son équipe.

Raj Saini tentait de se faire réélire dans Kitchener Centre.

Photo : Facebook/Raj Saini

Radio-Canada

Le libéral Raj Saini a annoncé samedi qu’il retirait sa candidature, tout en continuant de nier les allégations d’inconduite sexuelle qui ont fait surface cette semaine.

Toutefois, dans un court communiqué distinct, le Parti libéral a expliqué qu’un processus d’examen avait été amorcé vendredi après que de nouvelles informations [lui] eurent été fournies.

M. Saini ne sera plus un candidat libéral, peut-on lire dans la déclaration.

Raj Saini tentait de se faire réélire dans la circonscription ontarienne de Kitchener Centre, dans le sud-ouest de la province.

Une enquête de CBC a fait état d’allégations de harcèlement, de propos et de comportements inappropriés envers des membres du personnel.

Dans un communiqué, l’ex-député a soutenu avec vigueur que les allégations n’étaient pas fondées. Je n'ai jamais agi de manière inappropriée envers le personnel, les bénévoles ou les gens du comté, a-t-il écrit.

Il conclut toutefois qu’il ne serait pas dans l’intérêt de sa famille, de son personnel, de son équipe de campagne et de ses électeurs de poursuivre la campagne pour sa réélection. Pour la santé et la sécurité de tous, j’ai pris la décision douloureuse de mettre un terme à ma campagne.

Raj Saini déplore le fait que les allégations ont été répétées par des personnalités publiques comme s’il s’agissait de faits, ajoutant qu’il consulte des avocats.

Il rappelle qu’il a été blanchi en juin 2020 de la seule allégation dont il avait eu vent.

Dans son communiqué de samedi, le Parti libéral a expliqué que l'enquête indépendante n'avait pas trouvé d'indications qu'il y ait eu du harcèlement au bureau du député et que la candidature de M. Saini avait donc été approuvée au départ dans ce contexte.

Chacun a le droit de travailler dans un environnement sûr et respectueux, sans violence ni harcèlement, ajoute le parti. Des processus de plainte justes, fiables et accessibles sont également essentiels.

Selon Élections Canada, le nom de Raj Saini figurera sur les bulletins de vote, puisqu'il est trop tard pour le retirer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !