•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Bernier a reçu un œuf sur la tête lors d’un événement de campagne

Maxime Bernier parle à des micros, devant de grandes bannières portant le logo de son parti.

Maxime Bernier fait notamment campagne sur son opposition aux mesures sanitaires et au passeport vaccinal. Il lançait ici sa campagne à Saint-Georges, en Beauce, le 20 août dernier.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada

Un homme a cassé un œuf sur la tête du chef du Parti populaire du Canada, Maxime Bernier, lors d’un événement à Saskatoon, en Saskatchewan, jeudi, un incident qui soulève encore une fois des questions sur la sécurité des candidats au cours de cette campagne.

Dans une vidéo publiée sur Twitter, on voit l’homme s’approcher de M. Bernier pour, semble-t-il, lui demander de prendre une photo. Lorsque le chef du Parti populaire lui donne son approbation avec un pouce en l’air, l’homme écrase l’œuf à l’arrière de la tête du candidat.

Maxime Bernier touche ensuite sa tête, mais semble dire aux gens qui le regardent qu’il est correct.

J’ai écrasé un œuf sur [egged] Maxime Bernier, dit le message dans le tweet où se trouve la vidéo.

Un homme casse un oeuf sur la tête de Maxime Bernier. On voit des éclaboussures.

Dans une vidéo publiée sur Twitter, on voit un homme casser un oeuf sur la tête de Maxime Bernier.

Photo : Twitter

Un porte-parole du Parti populaire, Martin Masse, a confirmé qu’il n’y avait pas d’équipe de sécurité ou de procédures de contrôle pour les événements de la campagne de M. Bernier.

Nous n’engageons pas de garde du corps, mais il y a toujours des bénévoles avec lui qui surveillent ce qui se passe, souvent d’anciens policiers ou militaires, a précisé M. Masse dans un courriel. Nos événements ne font pas l’objet d’un contrôle. Tout le monde est le bienvenu pour rencontrer M. Bernier.

M. Masse a rappelé qu’un incident similaire était survenu durant la campagne de 2019, lorsque quelqu’un avait lancé un verre d’eau sur M. Bernier. M. Masse a affirmé que M. Bernier avait minimisé l’incident, était retourné à sa chambre et était revenu 10 minutes plus tard pour poursuivre ses rencontres avec des partisans. La police s’était présentée sur les lieux, mais le tout n’avait mené à aucune accusation.

L’incident de jeudi s’ajoute aux manifestations ayant perturbé la campagne du chef libéral Justin Trudeau. L’une d’elles a forcé l’annulation d’un événement prévu à Bolton, en Ontario, vendredi dernier.

Des porte-parole du Parti libéral et du Nouveau Parti démocratique n’ont voulu donner aucun détail à CBC sur les mesures de sécurité entourant les chefs de leurs partis respectifs.

Dans un communiqué paru le 26 août dernier, la chef du Parti vert, Annamie Paul, s’est inquiétée de publications en ligne menaçant de perturber la campagne, même si la formation n’a signalé la présence d’aucun protestataire à ses événements.

La GRC aurait dû offrir un service de sécurité à tous les chefs. J'espère que quelqu'un surveille les menaces en ligne, a déclaré Mme Paul. Nous surveillons du mieux que nous pouvons les personnes qui pourraient participer à un événement simplement pour le perturber. Malheureusement, de nombreuses personnes qui pourraient envisager de briguer une fonction publique en sont dissuadées par crainte des agressions qu'elles et leurs familles sont susceptibles de subir.

Avec des informations de Richard Raycraft, de CBC News

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !