•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Passeport vaccinal : l’Association des libertés civiles défend le droit de manifester

L'organisme précise que ce n'est pas un droit absolu et qu'il ne devrait pas nuire à l'accès aux soins de santé

Chargement de l’image

Plusieurs milliers de personnes opposées à l’instauration du passeport vaccinal se sont fait entendre dans les rues de Vancouver, Kelowna, Kamloops, Victoria, et Prince George, à proximité d’hôpitaux, mercredi après-midi.

Photo : Radio-Canada / Gian Paolo Mendoza

Radio-Canada

En réponse aux réactions suscitées par les manifestations contre le passeport vaccinal, mercredi après-midi, l'Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique (BCCLA) rappelle que manifester est un droit fondamental dont bénéficient tous les Canadiens.

Le droit canadien et le fait de vivre dans une société démocratique libre et ouverte nous donnent généralement le droit de manifester et d'exprimer notre désaccord sur les mesures gouvernementales, affirme Meghan McDermott, directrice intérimaire des politiques pour la BCCLA.

Elle dit toutefois comprendre que les gens vivent du stress en ce moment, et que beaucoup éprouvent de la colère parce que des manifestants se sont rassemblés devant des hôpitaux où des travailleurs de la santé traitent des personnes atteintes de la COVID-19.

Meghan McDermott fait toutefois remarquer que le droit de manifester n'est pas absolu et que les manifestations pourraient être restreintes si elles nuisent à l’accès aux soins de santé, par exemple.

Plusieurs milliers de personnes opposées à l’instauration du passeport vaccinal se sont fait entendre à proximité d’hôpitaux dans les rues de Vancouver, Kelowna, Kamloops, Victoria, et Prince George, mercredi après-midi, suscitant l'indignation de dirigeants politiques.

Chargement de l’image

À Vancouver, la police estime qu’environ 5000 personnes ont bloqué la circulation mercredi après-midi.

Photo : Radio-Canada / Gian-Paolo Mendoza

La régie de santé de l'île de Vancouver, Island Health, avait indiqué que certaines des manifestations qui ont eu lieu sur l'île ont perturbé l'accès sécuritaire de certaines personnes à des soins de santé, que des membres des équipes soignantes ont été victimes d'abus verbaux et qu’un travailleur de la santé a même été agressé.

Aucune perturbation des opérations hospitalières n'a été signalée à Vancouver, alors que la manifestation a commencé près de l'Hôpital général de Vancouver (VGH). Darren Nickerson, un chauffeur effectuant des transferts de patients, dit cependant avoir observé que le rassemblement a entraîné des retards importants pour les patients qu'il essayait de conduire à leurs rendez-vous à temps.

C'était une tâche difficile d'essayer de faire entrer et sortir ces patients, se souvient-il. Il a fallu beaucoup de temps pour entrer à l'hôpital. Je me sentais mal pour les patients.

Une lettre envoyée aux autorités

Cette semaine, la BCCLA et 24 autres organisations communautaires ont adressé une lettre à la médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique, la Dre Bonnie Henry, ainsi qu’au ministre de la Santé, Adrian Dix, leur demandant d’examiner toutes les ramifications d'un passeport vaccinal, ou de toute autre preuve de vaccination.

Les organisations signataires estiment que les implications de ces ordonnances vont au-delà de la santé publique, en particulier pour des personnes qui font déjà face à des obstacles au logement et à certains services, par exemple.

Selon les signataires, plusieurs groupes de personnes pourraient se voir refuser injustement des services en raison du passeport vaccinal, notamment les sans-papiers qui n'ont pas accès à l’assurance maladie provinciale (MSP), les personnes qui ne peuvent pas être vaccinées en raison de certaines conditions médicales, ou encore les toxicomanes et les personnes transgenres, non binaires et bispirituelles dont les pièces d'identité contiennent des informations inexactes.

Les 25 organisations demandent que des mesures soient mises en place pour garantir que les personnes dont les pièces d'identité sont inadéquates aient toujours un moyen de prouver leur statut vaccinal, ou encore une exemption pour les personnes qui ne peuvent tout simplement pas être vaccinées.

Ailleurs sur le web :

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !