•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Non, le gouvernement fédéral n’a pas annoncé financer des camps de concentration

Il s'agit d'un programme d'isolement volontaire qui existait déjà.

Il s'agit d'un jeune homme dans sa voiture.

Capture d'écran de la vidéo qui circule.

Photo :  Capture d’écran - Facebook

Des publications virales sur les réseaux sociaux affirment qu'un communiqué de presse du gouvernement fédéral prouve que celui-ci s'apprête à financer des camps de concentration. Or il s'agit de lieux permettant à certaines personnes vivant dans certaines situations particulières de s'isoler de façon volontaire pour protéger leurs familles.

Ils vont financer des sites d'isolement sûrs pour des gens qui auraient la COVID. Des sites d'isolement. On va le dire dans d'autres mots, et je m'excuse, mais c'est là que ça devrait vous choquer, lance un internaute dans une vidéo sur Facebook, après avoir lu un extrait d'un communiqué de presse du gouvernement fédéral.

Enfermer des gens parce qu'ils ont un virus, parce qu'ils ont la grippe, ça n'a pas d'ostie de bon sens, poursuit-il. Tsé les conspirationnistes qui ont dit [...] "ils vont vous mettre dans des camps de concentration"... [et d'autres ont dit] "bullshit, bullshit, ça se fera pas"... hein? La nouvelle est icitte, la nouvelle est là, tu peux pas le nier. C'est sur le site du gouvernement, il a annoncé un financement pour ce projet-là. Ça va vous prendre quoi pour vous réveiller?

Sa vidéo a été vue plus de 35 000 fois et partagée près de 7000 fois en moins de 24 heures.

Un autre internaute québécois a partagé un lien vers le communiqué en question, affirmant : LES CAMPS DE CONCENTRATION EN ROUTE!!. Sa publication a été partagée plus de 1100 fois.

Le communiqué en question existe vraiment. Il a été publié sur le site web du gouvernement canadien (Nouvelle fenêtre) le 13 août. Le gouvernement du Canada annonce du financement pour des sites sûrs d’isolement volontaire lié à la COVID‑19 en Ontario, annonçait à l'époque Patty Hajdu, ministre fédérale de la Santé.

Toutefois, comme c'était le cas avec de fausses rumeurs ayant circulé en octobre 2020, (Nouvelle fenêtre) il ne s'agit pas ici de camps de concentration.

Comme on peut le lire dans le communiqué lui-même, il s'agit d'un financement octroyé à quatre organismes municipaux en Ontario pour mettre sur place des lieux d'isolement volontaire pour des personnes ayant été en contact avec la COVID-19, mais ne pouvant pas s'isoler à la maison. Le programme leur fournit un lieu sécuritaire et gratuit pour s'isoler de façon volontaire.

Les sites existent pour aider certaines personnes qui manquent de place et de moyens de s’isoler de façon efficace dans leur lieu de résidence habituel, souvent parce que trop de gens y vivent, a-t-on confirmé par courriel au ministère fédéral de la Santé.

Il a été créé pour réduire la transmission communautaire de COVID-19 en comblant les lacunes identifiées pour les personnes qui vivent dans des logements qui peuvent être surpeuplés ou qui n'ont pas suffisamment d'espace pour s'éloigner correctement des contacts familiaux pour s'auto-isoler. Les preuves ont montré que les personnes confrontées à des défis sociaux et économiques, y compris celles qui vivent dans des logements surpeuplés ou des maisons multigénérationnelles, courent un risque plus élevé de contracter la COVID-19, poursuit le ministère.

Ce programme, le Programme de sites sûrs d’isolement volontaire, n'est d'ailleurs pas nouveau. D'autres investissements (Nouvelle fenêtre) semblables ont été annoncés ailleurs au Canada au cours des derniers mois, sans toutefois soulever de tollé comme l'a fait le communiqué du mois d'août.

Decrypteurs. Marie-Pier Élie, Jeff Yates, Nicholas De Rosa et Alexis De Lancer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !