•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des jeunes joueurs de hockey qui n’ont nulle part où aller

Les Lumberjacks de Hearst contre le Crunch de Cochrane.

Les Lumberjacks de Hearst et le Crunch de Cochrane sont tous deux à la recherche de familles d'accueil pour héberger les joueurs qui proviennent de l'extérieur de la région. (Archives)

Photo : Francine Savoie-Jansson

Radio-Canada

Certaines équipes de Ligue de hockey junior du Nord de l’Ontario (NOJHL) ont de la difficulté à recruter des familles d’accueil pour les joueurs en provenance de l’extérieur de la région.

Chaque année, les douze équipes de cette ligue accueillent une dizaine de joueurs de l’extérieur.

Ces joueurs sont originaires d'autres villes ontariennes, d’autres provinces et même d’autres pays. Ils viennent dans le Nord de l’Ontario pour faire avancer leur carrière, développer leur jeu et découvrir la région.

Les familles d'accueil servent à loger, nourrir, soutenir et transporter les jeunes joueurs de hockey, âgés de 16 à 21 ans pendant qu'ils se développent dans les rangs de leur équipe.

Pour certaines équipes, comme le Crunch de Cochrane, il y a une pénurie de familles volontaires.

Pour le moment, nous avons quatre familles d’accueil et nous cherchons à placer environ 20 joueurs, explique Kayla Crawford, coordonnatrice de l’hébergement pour le Crunch de Cochrane.

À Cochrane, le manque de familles d’accueil est si criant que certaines familles devront héberger deux à trois joueurs en même temps.

Kayla sourit à la caméra.

Kayla Crawford recrute activement des familles d'accueil pour l'équipe de hockey Cochrane Crunch.

Photo : Cochrane Crunch

Certains joueurs devront aller vivre avec l'entraîneur, ce qui n’est pas un scénario idéal. Personne ne veut rentrer à la maison avec le patron, ajoute-t-elle.

Jeff Forsyth, le directeur des Canadiens de Rayside-Balfour, dit avoir perdu des membres importants de la communauté des familles d'accueil en raison de la pandémie, il affirme quand même bénéficier d'un soutien infaillible de certaines familles.

Certaines familles ne sont pas à l'aise à l’idée d’accueillir des joueurs dans le contexte actuel, même avec les mesures de vaccination obligatoire.

Une citation de :Jeff Forsyth, le directeur du club canadien de Rayside Balfour

Du côté des Lumberjacks de Hearst, il manque encore quelques familles, mais la communauté a très bien répondu, affirme le Jonathan Blier, le directeur général de l’équipe.

La grande majorité des familles qui hébergent les joueurs cette année accueillent des jeunes chaque année, mais il y a de nouveaux noms sur la liste cette année, selon M. Blier.

Une expérience riche

Une des stratégies pour recruter de nouvelles familles est de partager les témoignages et les expériences positives des familles qui hébergent depuis plusieurs années.

Des fois, les gens ont peur d’accueillir des gens nouveaux, mais il y a une grande richesse à accueillir un jeune, c’est des liens qui restent pour la vie.

Une citation de :Jonathan Blier, le directeur-gérant de l’équipe des Lumberjacks de Hearst.

Christian Gratton habite Hearst et accueille des joueurs de l'équipe locale depuis quatre ans. Il juge cette contribution essentielle au bon fonctionnement de l'équipe.

Christian et Zacharie sourient à la caméra avec leurs vestes portant le logo de l'équipe des Lumber Jacks.

Cette année, le résident de Hearst Christian Gratton accueille le joueur Zacharie Demers, qui est originaire de Saint-Hubert au Québec.

Photo : Radio-Canada / Francis Bouchard

Il affirme également que plusieurs efforts sont déployés pour assurer un maximum de compatibilité entre le joueur et la famille d'accueil, au niveau des passe-temps et des habitudes de vie.

Pour faire rouler une équipe comme les Lumberjacks, ça prend de bons piliers, et les familles d'accueil sont un des piliers les plus importants.

Une citation de :Christian Gratton, famille d'accueil pour les joueurs des Lumberjacks de Hearst

L’importance d’accueillir

Selon Robert Mazzuca, le commissaire de la ligue, les familles d’accueil sont des éléments essentiels du hockey junior.

C'est probablement l'un des éléments les plus négligés d'une équipe junior réussie, non seulement dans la NOJHL, mais dans n'importe quelle ligue

Une citation de :Robert Mazzuca, commissaire de la Ligue de hockey junior du Nord de l'Ontario

M. Blier des Lumberjacks de Hearst est du même avis.

Les familles d’accueil sont primordiales pour la survie d’une équipe de hockey, indique-t-il. S’il n’y a pas de famille d’accueil, si la communauté n’appuie pas l’équipe, alors il n’y aura tout simplement pas d’équipe de hockey dans ces communautés-la.

Une communauté impliquée

D’autres équipes ont réussi à trouver suffisamment de familles d’accueil pour leurs joueurs. C’est le cas du Rock de Timmins, indique Jason Kelly, le membre du conseil d'administration de cette équipe.

Il nous manquait quelques-uns, mais nous avons la chance que notre coordonnatrice de l'hébergement ait fait un excellent travail, affirme M. Kelly.

Même son de cloche du côté de l’équipe des Gold Miners de Kirkland Lake, où plusieurs familles ont répondu à l’appel et tous les joueurs sont jumelés avec un hébergement.

Les Soo Thunderbirds de Sault Sainte Marie ont également eu cette chance, Jamie Henderson, le directeur général de l’équipe, juge que la politique de vaccination obligatoire a joué un rôle.

Les familles sont rassurées de savoir que des mesures ont été prises pour minimiser les risques, conclut-il.

Toute personne intéressée à devenir membre du hockey junior peut se connecter avec une équipe de sa région. Pour être sélectionnées, les familles d’accueil de la NOJHL doivent remplir un questionnaire, passer par une vérification des antécédents et être entièrement vaccinées contre la COVID-19.

Avec les informations de CBC News et de Francis Bouchard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !