•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Façade extérieure de l'École Gabrielle-Roy. Un panneau dit : «Bonne rentrée scolaire ».

L'École élémentaire Gabrielle-Roy à Toronto

Photo : Radio-Canada / Michael Aitkens

Des dizaines de milliers d'élèves du Sud et du Nord de l'Ontario sont retournés en classe mardi pour la première fois depuis avril dernier, lorsque l'apprentissage avait basculé en ligne à cause de la pandémie.

La rentrée a eu lieu la semaine dernière dans l'Est ontarien, alors que les écoles du Conseil scolaire public anglais de Toronto (TDSB) ne rouvriront que jeudi.

L'option virtuelle est offerte encore cette année en Ontario, mais un grand nombre de parents ont plutôt choisi les cours en personne pour leur enfant.

Tout le monde est bien content, on est tellement tannés d’être à la maison… c’est le temps de retourner à l’école en présentiel, lance Marjorie Bettany, une mère de trois enfants à Windsor.

« C'est un soulagement pour moi, mais pour plusieurs mères que je connais aussi, parce que c'est beaucoup plus facile quand nos enfants sont à l'école en personne. »

— Une citation de  Marjorie Bettany, mère de trois enfants

Même son de cloche du côté de Vanessa Rivera, qui a deux enfants de 7 ans.

Mes enfants sont vraiment excités de voir leurs amis et de rencontrer leurs nouvelles enseignantes, constate la Windsoroise.

La mère torontoise Ilana Shamoon raconte que ses enfants de 8 et 11 ans « n'arrivaient pas à dormir » la nuit dernière tellement ils avaient hâte de retourner à l'école. Ils étaient super excités, raconte-t-elle.

Les enfants ont vraiment besoin d'être à l'école, ajoute-t-elle. Pour leur santé mentale, c'est évident. Elle raconte que les cours en ligne étaient « déprimants » pour ses enfants l'an dernier.

Des doutes sur le déroulement de l'année

Mme Shamoon est rassurée par les mesures sanitaires mises en place dans les écoles, y compris le port obligatoire du masque, même en classe, à partir de la 1re année.

Mme Rivera est plus appréhensive. D’une part, oui, je suis soulagée que mes enfants retournent en classe en présentiel. Mais j’ai aussi un peu peur de ce qui nous attend, dit-elle. Je ne veux surtout pas que les écoles ferment à nouveau.

C’est justement une des raisons pour lesquelles Tina Van Hinte a décidé de garder son fils de 12 ans à la maison : il suivra l’école en ligne pour cette année scolaire.

Je veux établir une routine constante pour mon fils parce que je ne veux pas gérer les changements entre le présentiel et le virtuel, surtout puisque c’est souvent fait à la dernière minute, souligne-t-elle.

Le gouvernement Ford se défend

L'Ontario est la province où les écoles ont été fermées le plus longtemps l'an passé.

Le ministère de l’Éducation affirme que son plan de réouverture des écoles cette année suit les recommandations des experts.

Selon une porte-parole, les mesures de vaccination obligatoire et de dépistage régulier vont contribuer à garder les écoles ouvertes tout au long de l'année.

Le ministre de l'Éducation, Stephen Lecce, indique également que plus de 70 000 purificateurs d'air à filtre HEPA ont été déployés dans les classes. Il ajoute que son gouvernement a investi « massivement » dans l'amélioration des systèmes de ventilation mécanique des écoles.

Notre plan est prudent et conçu pour minimiser les perturbations et maximiser la sécurité – en mettant l’accent sur l’amélioration de la ventilation – afin que vos enfants puissent continuer à apprendre tout au long de l’année, dit le ministre.

L'opposition néo-démocrate et nombre d'experts rétorquent qu'il faudrait tester la qualité de l'air dans toutes les écoles comme au Québec et investir beaucoup plus dans la ventilation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !