•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Procès de neuf jours en 2022 pour Blessing Dugbeh, accusé de viols

Blessing Dugbeh, à son arrivée au palais de justice de Sherbrooke.

Blessing Dugbeh, à son arrivée au palais de justice de Sherbrooke en 2018 (archives).

Photo : Radio-Canada

René-Charles Quirion

Accusé de viols alors qu'il se savait porteur du VIH, Blessing Dugbeh sera jugé en avril 2022. Un procès de neuf jours a été fixé, jeudi, au palais de justice de Sherbrooke par la juge Hélène Fabi de la Cour du Québec.

L’avocat de la défense Fernando Belton et la procureure aux poursuites criminelles Stéphanie Landry ont convenu de retenir les semaines du 18 et du 25 avril pour le procès.

L’individu fait face au total à quatre accusations d’agressions sexuelles graves mettant la vie en danger de quatre plaignantes mineures alléguées.

Ces plaignantes seront assignées lors du procès. Elles devraient témoigner en personne derrière un paravent. Deplus, la poursuite a déjà annoncé que neuf témoins civils devraient être entendus.

Une déclaration libre et volontaire d’environ trois heures a été faite par l’accusé à la suite de son arrestation. Cette vidéo devrait être présentée en preuve.

Un premier dossier touche trois victimes pour des faits qui seraient survenus de mai 2016 à septembre 2017. L'autre dossier concerne la quatrième victime, qui s’est ajoutée en mars 2020, et concerne des événements qui seraient survenus du 21 janvier au 15 mars 2017.

L'homme purge déjà une peine de cinq ans de prison pour l’agression sexuelle en groupe d’une adolescente de 15 ans, alors qu’il se savait porteur du VIH.

Il a purgé les deux tiers de sa peine et se trouve admissible à une libération conditionnelle.

Lors de ce procès pour un viol collectif, qui s’est déroulé en mars 2019, la preuve avait révélé qu’il était séropositif. Le fait qu'il se savait contaminé a mené aux accusations d’avoir mis la vie en danger des victimes alléguées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !