•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tim Houston veut discuter de l’avenir du traversier de Yarmouth

Le traversier s'approche du débarcadère.

Le traversier qui relie le Maine et la Nouvelle-Écosse doit reprendre du service au printemps 2022 (archives).

Photo : Radio-Canada / CBC/Brett Ruskin

Radio-Canada

Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Tim Houston, veut une réunion avec les responsables du traversier qui relie sa province et le Maine pour avoir une idée de ce à quoi s’attendre du service.

M. Houston a déclaré jeudi qu’il ne croit pas que les résultats du traversier jusqu’à présent constituent un succès pour la province, mais il veut en savoir plus sur les perspectives du transporteur Bay Ferries pour les prochaines années.

Le premier ministre rappelle que la province a beaucoup investi dans le service du traversier et il juge que les contribuables n’en ont pas eu suffisamment pour leur argent. Il tient à voir le plan d’affaires de l’entreprise.

Tim Houston a souvent critiqué le service du traversier durant ses années dans l’opposition.

En 2019, Bay Ferries a déplacé la destination de son traversier au Maine de Portland à Bar Harbour, mais le nouveau terminal n’était pas prêt pour la saison de cette année-là. Le navire n’a pas navigué non plus en 2020 ni en 2021 à cause de la pandémie de COVID-19.

Au cours des années précédentes, quand le traversier effectuait la liaison entre Yarmouth et Portland, il a connu des problèmes mécaniques par moments qui ont entraîné une baisse du nombre de traversées. Le nombre de passagers était aussi plus faible qu’on ne l’espérait durant les premières années, quand Bay Ferries tentait de rebâtir le service.

La Nouvelle-Écosse a dépensé des dizaines de millions de dollars par année pour appuyer le service du traversier.

Tim Houston se demande si la destination du traversier est la plus judicieuse, si ce modèle de navire est le plus approprié, si l’horaire des traversées est aussi approprié. Il veut discuter de questions de ce genre avec l’entreprise.

Le député libéral de Yarmouth, Zach Churchill, affirme pour sa part qu’il est important de comprendre que le traversier génère des activités économiques lorsqu’il est en service. Il dit que les passagers du traversier ont tendance à dépenser deux fois plus que les touristes qui voyagent par d’autres moyens de transport.

Zach Churchill ajoute que le maintien de l’horaire qui prévoit un départ de Yarmouth le matin et une arrivée le soir importe pour l’industrie touristique de la région. Il faut pour cela un traversier rapide, souligne-t-il.

Le député Churchill reconnaît que le service a eu de la difficulté. Il espère que le premier ministre donnera l’occasion à l’entreprise de lancer le service de Yarmouth à Bar Harbour et d’en évaluer les résultats avant de prendre toute décision sur des changements potentiels.

Avec les renseignements de Michael Gorman, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !