•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

La vie mouvementée du World Trade Center avant le 11 septembre 2001

Maquette des tours jumelles du World Trade Center datant de la fin des années 1960.

Le World Trade Center a été l'objet de catastrophes avant le 11 septembre 2001.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le World Trade Center constituait l'un des symboles les plus célèbres de la ville de New York et par extension des États-Unis d’Amérique. Construites dans les années 1960, les tours jumelles ont connu une vie quelque peu mouvementée et ont failli être détruites par des terroristes avant l’attentat d’Al-Qaïda il y a 20 ans.

Conçues pour représenter la puissance américaine…

Ce sont les frères David et Nelson Rockefeller – ce dernier était alors gouverneur de l’État de New York –, qui proposent, en 1946, la construction dans le quartier de Manhattan d’un centre du commerce international géant.

Dans la tête des deux hommes d’affaires, il s’agit aussi de montrer la puissance américaine à la sortie de la Seconde Guerre mondiale.

Après bien des controverses, on commence la construction du complexe en 1966.

L’architecte maître d’œuvre du projet, Minoru Yamasaki, suggère initialement l’édification de deux tours jumelles de seulement 80 étages.

L'administration du Port de New York, soit la Port Authority of New York and New Jersey, responsables du projet, exige plus d’espaces de bureau.

C’est ainsi que les tours jumelles grandirent jusqu’à 415 mètres et 110 étages.

Format 30, 31 décembre 1970

Le 31 décembre 1970, la journaliste Andréanne Lafond présente, à l’émission Format 30, une entrevue avec le directeur des relations extérieures du Port de New York, C.J. Barfoed.

Durant cette entrevue, on voit aussi des images rarement vues de la construction du World Trade Center qui a été inauguré le 4 avril 1973.

C.J. Barfoed s’explique sur la nécessité de bâtir en hauteur et sur certaines réalisations techniques liées à la construction du complexe.

Il souligne aussi la rapidité des ascenseurs qui prennent deux minutes et demie pour se hisser au sommet des tours. Il décrit aussi les appareils qui vont pouvoir laver les milliers de fenêtres.

Plus de 130 000 personnes pourront travailler au World Trade Center.

Ce gigantisme laisse Andréanne Lafond un peu songeuse, mais pas M. Barfoed.

Le World Trade Center, cible des ennemis des États-Unis?

Le World Trade Center avait déjà survécu en 1975 à un incendie possiblement très destructeur.

Puis, en plein cœur de l’hiver 1993, le complexe subit une catastrophe d’un tout autre ordre.

Alors, cauchemar, à midi, à Manhattan en plein cœur de New York. Une explosion sous l’une des deux tours du World Trade Center a fait s’écrouler le plafond d’une gare bondée et a enfumé le gratte-ciel de 110 étages où des milliers de gens se sont trouvés bloqués.

Une citation de :Michèle Viroly

Téléjournal, 26 février 1993

C’est avec ces paroles que l’animatrice du Téléjournal du 26 février 1993 confirme aux téléspectateurs qu’un incident très grave s’est produit au World Trade Center.

Le correspondant Hugues Poulin s’est rendu sur place et résume la situation dans un compte-rendu qu’il présente ce jour-là.

Il décrit une forte explosion qui a eu lieu vers 12 h 15.

Les pannes d’électricité et la fumée dense bloquent des milliers de personnes dans les étages supérieurs des deux tours. Un incendie s’est aussi déclaré dans la gare de banlieue logée dans les sous-sols des deux tours.

Tout cela entraîne de la panique qui se transforme presque en psychose quand un appel à la bombe force l’évacuation d’un autre gratte-ciel célèbre de New York, l’Empire State Building.

Les policiers de la ville sont débordés. Ils n’ont jamais rien vu de semblable.

Hugues Poulin s’entretient aussi quelques instants avec l’animatrice Michèle Viroly.

Il explique notamment les raisons qui font croire que la catastrophe est le fruit d’un attentat.

Les policiers ont révélé qu’ils ont découvert un cratère de 30 mètres sur 60 provoqué par une déflagration.

Cette dernière aurait été le résultat de la détonation d’un engin explosif.

Les autorités surveillent les gares et les aéroports pour s’assurer qu’aucun terroriste ne peut s’échapper.

L'hypothèse se confirme rapidement

Téléjournal, 27 février 1993

Le lendemain, le 27 février 1993, l’animatrice du Téléjournal Michèle Viroly confirme que les autorités policières de New York se concentrent sur l’hypothèse d’une attaque terroriste contre le World Trade Center.

Le compte-rendu du correspondant Hugues Poulin présenté ce jour-là révèle que plusieurs indices laissent croire qu’il s’agit d’un attentat.

Le gouverneur de l’État de New York, Mario Cuomo, se dit scandalisé qu’on s’attaque ainsi à des Américains.

Quant aux New-Yorkais, ils développent une psychose de la peur.

Un homme d’affaires, dont les bureaux se trouvent dans le World Trade Center, affirme que ses employés refusent catégoriquement de retourner travailler sur les lieux.

D’autres personnes interrogées par Hugues Poulin confirment leur sentiment que l’endroit est devenu dangereux.

On apprendra rapidement que l’attaque a été perpétrée par des terroristes islamistes.

Leur but? Que la tour Nord s’écroule sur la tour Sud et détruise le World Trade Center en faisant des milliers de victimes.

L’attentat de 1993 n’a été finalement qu’une répétition générale avant la destruction du World Trade Center par Al-Qaïda le 11 septembre 2001.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.