•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une « exposition » de déchets ramassés sur les rivages de la Péninsule acadienne

Un amoncellement de déchets.

Les déchets ramassés par une équipe sur les rivages de la Péninsule acadienne ont été exposés à Tracadie.

Photo : Gracieuseté/Lewnanny Richardson

Radio-Canada

Chaque année, Lewnanny Richardson et son équipe parcourent les kilomètres de plage de la Péninsule acadienne pour y ramasser les déchets. Chaque année, sur le petit territoire que les 5 personnes peuvent parcourir, environ 900 kg (2000 lb) de détritus sont ramassés.

En 2019, c’était 1050 kg (2300 lb). En 2020, c’était un peu moins en raison du confinement. L’équipe a récolté 700 kg (1542 lb). Cette année, déjà plus de 1100 kg (2400 lb) de déchets ont été ramassées sur les bords de plage de la Péninsule acadienne.

Pourtant, l’équipe du biologiste et coordonnateur de programme de Nature NB n’a que parcouru 10 % des 125 kilomètres de rivage de la région.

Surtout du plastique

La plupart des déchets sont du plastique. Beaucoup de styromousse. Ce sont donc des déchets volumineux, mais pas trop lourds. Ça s'accumule doucement. Mais quand même, on est capables d'accumuler près d’une tonne par année et il en reste plus que ça. Ce qu’on a nettoyé cette année est l’équivalent de 15 kilomètres sur 100 ou 120 kilomètres de plage. C’est l’équivalent de 10 %, a expliqué M. Richardson en entrevue à La matinale, d’ICI Acadie.

Pour sensibiliser la population au problème, les Brasseux d’la côte, à Tracadie, et Nature NB ont organisé une exposition conçue à partir de déchets récoltés sur les plages de la Péninsule acadienne.

Un amoncellement de déchets.

L'équipe de Lewnanny Richardson trouve surtout du plastique sur les rivages de la Péninsule acadienne.

Photo : Gracieuseté/Lewnanny Richardson

Les cinq personnes qui ont participé à l'effort ont trouvé de tout : des bouées, des sacs de plastique, des bouteilles de boisson gazeuse et d’eau. Les déchets ne viennent pas de loin, selon M. Richardson.

Cependant, ils vont parfois trouver des détritus provenant d’autres provinces et d’autres pays. Ils ont déjà trouvé une affiche de la campagne électorale provinciale du Québec provenant de Montréal.

L’équipe trouve aussi beaucoup de pneus. Il s’agit d’une situation qui dépasse l’entendement pour le biologiste.

« On ne comprend pas pourquoi on trouve une si grande quantité de pneus sur notre habitat côtier. Les gens doivent savoir qu’au Nouveau-Brunswick, recycler les pneus, c’est gratuit. Vous allez à un garage local et ils prennent les pneus. »

— Une citation de  Lewnanny Richardson, biologiste

Les déchets apportés par la mer resteront sur les plages de la Péninsule acadienne pour toujours ou presque et pourraient avoir des effets dévastateurs sur l’environnement, croit M. Richardson.

Les déchets qu’on trouve, ce ne sont pas des déchets qui seront capables de se biodégrader. Ils vont se détruire au fur et à mesure et ça va devenir des microplastiques qu’on trouve dans notre environnement et éventuellement ça va affecter la chaîne alimentaire, a indiqué le biologiste.

Avec les informations de La matinale, d'ICI Acadie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !