•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le NPD dévoile sa « plateforme Québec »

M. Singh est de face et parle aux médias. À l'arrière-plan, un immeuble à logements du centre-ville de Montréal.

Le chef du Nouveau Parti démocratique Jagmeet Singh à Montréal, le 1er septembre

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Avec un peu moins de la moitié de la campagne à faire, le Nouveau Parti démocratique (NPD) dévoile à son tour une plateforme qui s’adresse aux Québécois. Accusé d’être « centralisateur » par François Legault, Jagmeet Singh veut prouver qu’il peut travailler avec le gouvernement du Québec.

Dans le document qui sera dévoilé vendredi matin à Québec, et dont Radio-Canada a obtenu copie, Jagmeet Singh s’engage à exercer un fédéralisme asymétrique, coopératif et respectueux.

Le NPD promet, entre autres, une hausse des transferts en santé pour répondre à la demande du gouvernement du Québec. Le premier ministre François Legault exige, comme ses homologues provinciaux, un investissement immédiat de 28 milliards de dollars de la part du gouvernement fédéral, de sorte qu’il paie 35 % du coût des soins de santé des provinces, plutôt que la part actuelle de 22 %. Le Bloc québécois est le seul parti à avoir inclus cette mesure dans sa plateforme.

Les néo-démocrates s’engagent également à assujettir les entreprises de compétence fédérale à la Charte de la langue française, à ne pas mener d’évaluations environnementales sur les projets qui relèvent de la province, à y financer la construction de 110 000 logements sociaux d’ici 10 ans et à consulter Québec avant de signer toute entente avec un géant du web.

Le NPD reconnaît la singularité de la nation québécoise, écrit Jagmeet Singh dans cette plateforme.

Si certaines propositions répondent à des demandes formulées par François Legault, d’autres n'y parviennent pas.

Par exemple, le NPD propose d’augmenter les transferts en immigration au gouvernement du Québec de 73 millions de dollars par année, plutôt que de lui céder le plein contrôle des réunifications familiales. Il n’investira pas non plus dans le projet de troisième lien entre Québec et Lévis, ni dans tout autre projet similaire allant à l'encontre de la lutte contre les changements climatiques, est-il écrit dans le document.

Le respect des champs de compétences

Autre proposition : le NPD souhaite écarter les entreprises privées de la gestion des centres d’hébergement pour aînés. Il joue ainsi sur le même terrain que les libéraux, qui souhaitent établir des normes nationales dans les soins de longue durée.

La santé est une compétence du Québec, a dit Yves-François Blanchet tôt dans la campagne, informé des propositions de ses adversaires en la matière. Si M. Trudeau décide de mettre de l'argent dans les soins de longue durée, il prendra la part du Québec, il écrira le chiffre sur un chèque, il enverra le chèque à Québec et ce sera ça, a-t-il martelé.

Le chef du Bloc québécois a fait du respect des juridictions provinciales un élément central de sa plateforme.

Le premier ministre François Legault a d’ailleurs accusé le NPD et le Parti libéral d’avoir une vision centralisatrice et de vouloir choisir à la place du Québec, en faisant ainsi des propositions en matière de santé.

Je respecte énormément les compétences et les juridictions. Mais quand on parle avec les gens qui ont perdu un proche dans les CHSLD ou quelqu’un qui a perdu un proche à cause de la COVID-19, il ne veut pas avoir un leader, un chef qui cherche des excuses. Ils veulent avoir quelqu’un qui cherche des solutions.

Une citation de :Jagmeet Singh, chef du NPD

Un stratège néo-démocrate ajoute que la plateforme s’adresse d’abord et avant tout aux Québécois et non pas au gouvernement provincial.

Pourquoi maintenant?

Le dévoilement de la plateforme Québec néo-démocrate a lieu au 20e jour de la campagne électorale, un contraste avec les conservateurs qui l'avaient fait dès la première semaine. Erin O'Toole avait proposé aux Québécois ce qu'il a appelé un « contrat », dans lequel il parle d'un fédéralisme de partenariat. Le chef conservateur répète également qu'il promet de respecter la langue française.

Alors pourquoi le NPD choisit-il de faire son offre maintenant? Il s’agit surtout d’une question de timing, selon un dirigeant de la campagne au Québec.

La semaine dernière, lors de sa première visite au Québec après le déclenchement, Jagmeet Singh a choisi de parler de ses engagements pour lutter contre les changements climatiques. Une seconde visite représente, pour le camp néo-démocrate, le moment tout désigné.

À la dissolution de la chambre, le NPD ne comptait qu’un seul siège au Québec, celui d’Alexandre Boulerice. Lors de la vague orange, en 2011, le parti avait remporté 59 circonscriptions.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !