•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Léo Major, un héros québécois méconnu, honoré à Longueuil

Plaque commémorative.

Plaque commémorative dédiée à Léo Major, à Longueuil

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le soldat Léo Major est méconnu au Québec, alors que ses faits d’armes au cours de la Seconde Guerre mondiale ont fait de lui un héros aux Pays-Bas.

Tombée dans l'oubli il y a longtemps, sa mémoire commence maintenant à être honorée. Ce soldat d'exception et tireur d'élite a été surnommé le Rambo québécois par certains.

Et 76 ans après la fin officielle de la Seconde Guerre mondiale, soit le 2 septembre 1945, une cérémonie commémorative s'est tenue à Longueuil, où il est décédé en 2008, dans un parc qui porte son nom.

C'est un grand honneur qu'on lui fait en ce moment, un honneur je pense qu'il mérite, se réjouit Daniel-Aimé Major, fils de Léo Major.

C'est aux Pays-Bas qu'il a réalisé son principal fait d'armes. À lui seul, il a libéré la ville de Zwolle, et ses 50 000 habitants, de l'occupation nazie en faisant croire aux troupes allemandes que les Canadiens s'apprêtaient à attaquer.

Léo avec deux mitraillettes et 15 grenades va être capable d'expulser les Allemands de la ville et de sauver tous les habitants qui auraient été pilonnés, Luc Lépine, historien militaire.

Le soldat Léo Major honoré à Longueuil

Le résultat est tel qu'encore aujourd'hui les Pays-Bas commémorent ce héros de guerre.

Depuis 1970, aux Pays-Bas, tous les ans, il y a une fête pour Léo Major au moment de la libération de la ville de Zwolle. Toutes les écoles font des concours où ils font des textes sur Léo Major, il y a même presque un hymne national sur Léo Major, explique Luc Lépine.

Une banderole représentant Léo Major dans la ville de Zwolle, au Pays-Bas.

Une banderole représentant Léo Major dans la ville de Zwolle, au Pays-Bas

Photo : Radio-Canada

Humilité et discrétion

L'homme était humble et discret, à tel point que ses proches n'ont appris ses exploits que des années plus tard.

C'était la première fois que ma femme savait ce que j'avais fait durant la guerre parce que je ne lui en ai jamais parlé, dans ce temps-là je ne parlais pas du tout, racontait Léo Major dans un reportage à la télévision.

Léo Major était considéré comme un humaniste, guidé par les principes d'éthique et de justice. Il a toujours été là pour la liberté des gens et je pense que s'il devait recommencer aujourd'hui, il le ferait s'il était là, affirme Daniel-Aimé Major.

Léo Major.

C'est aux Pays-Bas que Léo Major a réalisé son principal fait d'armes, en libérant seul une ville de 50 000 habitants de l'occupation nazie.

Photo : La Presse canadienne

Si les accomplissements de Léo Major demeurent méconnus du public, ils ont néanmoins été soulignés par François Legault lors du 75e anniversaire du débarquement de Normandie.

Sa vie, digne d'un film ou d'un livre d'histoire, est désormais mise en lumière à Longueuil, pour qu'il ne tombe plus jamais dans l'oubli.

D'après le reportage d'Aimée Lemieux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !