•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les jeunes de Lac-Simon vivent le premier Triathlon des Nations

Des jeunes qui portent des gilets de sauvetage transportent des canots vers l'eau.

Un des objectifs de l'événement est d'inciter les jeunes des communautés à bouger et découvrir un nouveau sport.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

Près de 150 jeunes ont pris part jeudi au tout premier Triathlon des nations, dans la communauté de Lac-Simon.

Les jeunes de l’École secondaire Amik-Wiche ont participé à une épreuve en trois parties, soit 200 mètres de canot, suivis de 5 km de vélo et de 2,5 km de course à pied.

Deux jeunes se dépêchent de sortir d'un canot et d'arriver sur la rive, tandis que d'autres canots s'approchent.

Des jeunes de l’École secondaire Amik-Wiche, à Lac-Simon, prennent part au premier Triathlon des nations.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

Le projet est né d'une idée lancée par Linda Féquière, une ex-policière de la GRC à Montréal. Fervente triathlonienne depuis plus de 20 ans, elle a voulu insuffler son amour de ce sport aux jeunes de Lac-Simon.

Je voulais leur donner l’opportunité de découvrir une activité nouvelle, de s’ouvrir à d’autres réalités, explique-t-elle. Le sport, ça forme le développement et la persévérance. Éventuellement, j’aimerais aussi développer une pépinière de nouveaux talents en triathlon, un sport qui n’est pas super inclusif.

Un jeune traverse la ligne d'arrivée en courant.

Une course de 2,5 km faisait partie des épreuves.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

La directrice de la course estime que le défi logistique a été relevé notamment grâce à la participation d’une soixantaine de bénévoles.

Pour moi, c’est une très belle réussite pour une première édition, même si la température n’était pas au rendez-vous, note Linda Féquière. On a eu la collaboration d’une foule de partenaires, comme Triathlon Québec, le conseil de bande ou encore Daniel Burke, qui nous a prêté du matériel logistique. Mais ce qui me rend la plus heureuse, c’est qu’on voit que les jeunes y mettent le coeur à l’ouvrage.

Dans la communauté de Lac-Simon, on a accueilli le projet de Linda Féquière avec enthousiasme.

Souvent, nos jeunes ne se croient pas capables de réussir des choses, rapporte Marlène Jérôme, directrice de l'éducation, de la culture, du sport et des loisirs à Lac-Simon. Un triathlon, ça les fait se dépasser et voir qu’ils sont plus capables qu’ils le pensent.

Sur un terrain gazonné où sont attachées plusieurs bicyclettes, deux jeunes marchent à côté de leur vélo.

Les participants font face à un parcours de 200 mètres en canot, suivi de 8 kilomètres en vélo et de 2,5 kilomètres à la course.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

Lac-Simon et Linda Féquière voient déjà l'événement grandir à l'avenir, avec l'espoir d'attirer des jeunes des autres communautés autochtones. Quelques jeunes de Kitcisakik ont d’ailleurs pris part à ce premier triathlon.

Les jeunes vont en parler à leurs amis et ça va faire boule de neige, croit Marlène Jérôme. Nos jeunes vont aussi vouloir encore mieux se préparer aux différentes épreuves pour l’an prochain. Ils ont vu comment ça demande, physiquement. C'est déjà une belle réussite et ça va grandir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !