•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le N.-B. veut voir des bleuetières sur l’ancien champ de tir de Tracadie

Pancarte-ancien champ de tir de Tracadie

Cette pancarte avec le logo de la province du Nouveau-Brunswick vient d'apparaître sur l'ancien champ de tir, dans le secteur de Leech.

Photo : Gracieuseté

Les réactions sont vives à la suite de la décision du gouvernement provincial de permettre l'exploitation de nouvelles bleuetières sur les terres de l'ancien champ de tir de Tracadie.

Deux demandes de propositions ont été émises par le ministère de l’Agriculture, de l’Aquaculture et des Pêches en vue de l’aménagement de bleuetières sur des terres de la Couronne de l’ancien champ de tir ou à proximité de celui-ci, annonce le gouvernement provincial.

pancarte-ancien champ de tir

De nouvelles pancartes ont poussé sur l'ancien champ de tir de Tracadie

Photo : Gracieuseté

Il est question d'aménager des bleuetières sur un territoire de près de 830 hectares de terres de la Couronne.

Le gouvernement provincial affirme vouloir ainsi ainsi développer l'économie.

La Grande rivière Tracadie

La Grande rivière Tracadie traverse l'ancien camp militaire

Photo : Gracieuseté: Jeff Rousselle

La deuxième demande de propositions concernera les producteurs actuels de bleuets ainsi que les autres personnes intéressées par une concession à bail et l’aménagement de terres de la Couronne en bleuetières. Environ 1108 hectares répartis en 28 parcelles seront disponibles sur l’ancien champ de tir, et près de 270 hectares répartis sur quatre parcelles seront disponibles à proximité de celui-ci, lit-on dans la communication officielle du gouvernement.

Région«  saturée de bleuetières »

Jeff Rousselle, un amateur de chasse et de pêche de la région de Tracadie, s'oppose depuis le début aux intentions du gouvernement provincial quant à l'exploitation de nouvelles bleuetières sur ce territoire.

Jeff Rousselle

Jeff Rousselle

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Il assure qu'il a reçu de nombreux appels téléphoniques et messages de personnes qui se montrent très inquiètes.

La population est complètement en désaccord, affirme-t-il. C'est inacceptable qu'on perde le peu qu'il nous reste.

« Ça commence à brasser. »

— Une citation de  Jeff Rousselle, amateur de chasse et pêche

Plusieurs personnes m'ont dit qu'elles veulent faire des manifestations, dit-il. C'est là qu'on est rendus aujourd'hui.

Le président du Club chasse et pêche de la Grande rivière Tracadie, Mathieu Allard, admet qu'il a déjà été de meilleure humeur.

Les intentions du gouvernement provincial vont à l'encontre de la volonté des membres de l'association qu'il dirige.

Nous applaudissons les gains en ce qui a trait à l'amélioration de l'habitat, des cours d'eau, de l'agrandissement des zones tampons, indique-t-il. On accueille ces mesures à bras ouverts pour l'amélioration de l'écosystème. Mais, notre position n'a pas changé. Nous ne voulons pas voir de nouvelles bleuetières sur l'ancien champ de tir.

Oubliés dans la consultation

Jeff Rousselle raconte un événement qui, selon lui, en dit long sur la processus de consultation du gouvernement provincial.

On devait participer à une réunion virtuelle, moi et Gilles Sonier, relate-t-il. C'est le ministère de l'Agriculture qui s'occupait des invitations. Semble-t-il qu'on a été oubliés. Donc, la réunion a eu lieu, mais on n'a pas pu y prendre part.

L'ancien champ de tir de Tracadie

L'ancien champ de tir de Tracadie est un lieu prisé par les amants de la nature.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

« Je pense qu'on n'a pas été écoutés parce que leurs plans étaient faits d'avance. »

— Une citation de  Jeff Rousselle, amateur de chasse et pêche

Il y a des animaux qui utilisent ces terres, des chevreuils, des orignaux, des ours, rappelle-t-il. Ça va leur être nuisible. Il est beaucoup question de changements climatiques. Avec les coupes d'arbres, comment pensent-ils qu'ils vont améliorer les choses. Notre région est plus que saturée par l'industrie du bleuet.

Bleuets NB se réjouit

Le président de Bleuets NB, René Chiasson, réagit de façon très positive à l'annonce du gouvernement.

René Chiasson en entrevue avec un journaliste.

René Chiasson, président de Bleuets NB

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

La ministre [Margaret Johnson, Agriculture, Aquaculture et Pêches] a fait le travail de consultation comme nous l'avions demandé lors de notre rencontre, indique-t-il.Elle a consulté les gens de l'agriculture, des sports d'hiver et d'été [motoneige et VTT]. Les espaces de protection des rivières et des de chasse et pêche ont été agrandi.

« Je suis certain que ce plan va respecter le désir de tous et apporter une nouvelle économie à notre région. »

— Une citation de  René Chiasson, président de Bleuets NB

« Je ne contrôle pas les bleuets »

Dans les commentaires d'une page Facebook, le ministre des Ressources naturelles et Développement de l'énergie, Mike Holland, a été pris à partie par des amateurs de chasse et de pêche.

Le ministre Mike Holland

Mike Holland, ministre des Ressources naturelles et Développement de l'énergie

Photo : Radio-Canada / Wildinette Paul

« Je ne contrôle pas les bleuets, seulement la faune. »

— Une citation de  Mike Holland, ministre des Ressources naturelles et Développement de l'énergie du NB

Le ministre a mentionné plusieurs mesures, dont des zones tampons, qui ont été prises pour protéger l'environnement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !