•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enseignement supérieur : Québec investit 510 M$ pour la réussite et la santé mentale

L'Union étudiante du Québec doute toutefois des sommes investies en santé mentale, une fois échelonnées sur cinq ans et réparties dans les 66 établissements postsecondaires de la province.

Un étudiant à l'entrée de l'Université Laval.

La ministre de l'Enseignement supérieur du Québec a annoncé des investissements de 60 millions en santé mentale (archives).

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Charles-Émile L'Italien-Marcotte

Le gouvernement du Québec investira 510 millions de dollars dans les 18 universités et 48 cégeps de la province ces cinq prochaines années. De cette somme, 410 millions seront consacrés à la réussite scolaire et 60 millions à la santé mentale.

Le plan d'action sur la réussite et la santé mentale va servir à faire un changement important au niveau de la culture des campus, soutient la ministre de l’Enseignement supérieur du Québec, Danielle McCann, en entrevue à Midi info.

Les grandes lignes du plan d’action pour la santé mentale des étudiants avaient été présentées par la ministre McCann au printemps dernier.

Les nouvelles sommes annoncées jeudi serviront à sa mise en œuvre, avec pour objectifs de favoriser la promotion de la santé mentale, d'augmenter le soutien à la population étudiante et de bonifier l’offre de services.

On veut s’inspirer des meilleures pratiques. On veut faire de la prévention. On veut dépister davantage les étudiants qui pourraient avoir des difficultés au niveau de la santé mentale. Et on veut absolument augmenter l’offre de services.

Une citation de :Danielle McCann, ministre de l’Enseignement supérieur du Québec
La ministre en conférence de presse.

La ministre de l'Enseignement supérieur, Danielle McCann, espère que les sommes annoncées favoriseront un changement de culture sur les campus (archives).

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Selon la ministre McCann, un investissement de 10 millions de dollars dans les cégeps l'an dernier a porté ses fruits, permettant une réduction des listes d'attente pour des services psychosociaux de 27 % en l'espace de quelques mois.

Là, on augmente nos investissements, donc on veut diminuer d’autant plus les listes d’attente dans les cégeps et les universités, explique-t-elle.

Accroître l'accès à l'enseignement supérieur

Le volet réussite du plan d’action vise quant à lui à améliorer l'accessibilité de l’enseignement supérieur, de façon à augmenter la fréquentation des cégeps et des universités du Québec.

Mme McCann veut par exemple que la transition entre le secondaire et le collégial, et entre le collégial et l'université, soit plus harmonieuse. Il s’agirait, selon elle, de favoriser au maximum l’intégration et la reconnaissance des acquis.

Les établissements seront également appelés à créer des équipes multidisciplinaires dans les collèges et à améliorer l’encadrement des étudiants dans les universités, mentionne Mme McCann. Chaque établissement devra faire le suivi de ses objectifs, de ses cibles et de ses indicateurs en matière de réussite.

La réussite devient un sujet d’étude et de recherche à part entière.

Une citation de :Danielle McCann, ministre de l’Enseignement supérieur du Québec

La ministre souhaite également intensifier les formations qui favorisent la conciliation travail-études, de même qu’augmenter le nombre de formations accélérées.

Un plan accueilli avec réserves

Si l'Union étudiante du Québec (UEQ) se réjouit des deux plans d'action présentés jeudi, elle s'interroge toutefois sur la hauteur des sommes investies en santé mentale, une fois échelonnées sur cinq ans et réparties dans les 66 établissements postsecondaires de la province.

Les investissements en santé mentale ne représentent que 12 millions de dollars par année, répartis entre 18 universités et 48 cégeps. Cette division de l’argent nous fait douter de la suffisance des sommes investies pour répondre aux besoins dans les milieux, a déclaré le président de l'organisation, Samuel Poitras, par voie de courriel.

Le plan d'action de 60 millions en santé mentale est assorti d'investissements annuels s'élevant à 7,2 millions pour les universités, ce qui équivaut à environ 400 000 $ par an par établissement.

Au niveau collégial, la Fédération des cégeps se dit quant à elle très satisfaite du plan pour la santé mentale, qualifiant l'octroi du financement d'adéquat et de stable. Les cégeps bénéficieront de 4,8 millions par année, soit environ 100 000 $ par établissement.

Du côté des enseignants des cégeps, on invite le ministère à ne pas répéter les erreurs du passé quant aux cibles de réussite, dans le contexte où les acquis scolaires ont été fragilisés par les cours à distance.

Fixer des cibles de réussite irréalistes risque d'augmenter inutilement la pression sur des profs également épuisés par 18 mois de pandémie, a indiqué par communiqué Lucie Piché, présidente la Fédération des enseignantes et des enseignants de cégep.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !