•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Ateliers Saint-Louis pourraient-ils devenir l’Espace bleu du Bas-Saint-Laurent?

Une ancienne école avec un clocher.

Un comité se mobilise pour sauver le bâtiment, qui a été épargné par le grand feu de 1950, de la démolition (archives).

Photo : Radio-Canada

Le Comité de sauvegarde des Ateliers Saint-Louis et la Ville de Rimouski souhaitent que le bâtiment, qui est à l'abandon depuis 14 ans, soit désigné par Québec comme l'Espace Bleu du Bas-Saint-Laurent.

Les Ateliers Saint-Louis deviendraient alors un musée et un espace de diffusion où seraient mis en valeur l'histoire et les artistes du Bas-Saint-Laurent. S'ajouterait à cela un espace de restauration où les produits de la région seraient mis en valeur.

Notre projet comporterait deux espaces d’expositions permanentes. Un espace sur Jules A. Brillant, qui a eu un apport économique exceptionnel pour l’ensemble du Bas-Saint-Laurent, ainsi qu'un autre sur l’exploitation forestière, explique l'un des membres du Comité de sauvegarde des Ateliers Saint-Louis, le technicien en architecture Charles Ruest.

Qu'est-ce que les Espaces bleus?

En juin dernier, Québec a créé un nouveau réseau de musées à travers la province. Ces musées, appelés Espaces bleus, auront pour mission de faire connaître l’histoire, les particularités et les personnages importants de chacune des 17 régions du Québec. En plus de se trouver dans des bâtiments patrimoniaux, de présenter des expositions et d'offrir des activités de médiation culturelle, chaque musée aura un café où la gastronomie et les produits locaux seront mis en valeur.

La Ville de Rimouski, qui a déjà tenté en 2016 de se départir des Ateliers Saint-Louis en l'offrant pour la somme symbolique d'un dollar à quiconque aurait un projet de réfection, n'a toujours pas trouvé preneur. Le maire, Marc Parent, dit maintenant appuyer le projet du comité de sauvegarde et a déjà entamé des démarches en ce sens auprès du gouvernement du Québec.

C'est à l'étude, mais je peux vous assurer que j'ai fait mes devoirs. J'ai fait mes devoirs auprès de la ministre de la Culture, de la ministre régionale, auprès du premier ministre. C'est un projet qui cadre parfaitement bien dans le cadre des Espaces bleus, affirme le maire Parent.

Maquette montrant les Ateliers Saint-Louis

Le Comité de sauvegarde des Ateliers Saint-Louis propose de recouvrir le stationnement qui se trouve à l'est du bâtiment pour en faire un espace vert et un espace de diffusion où pourront avoir lieu des spectacles extérieurs.

Photo : Gracieuseté du Comité de sauvegarde des Ateliers Saint-Louis

Si le projet est accepté, Québec deviendrait ainsi propriétaire des Ateliers Saint-Louis et serait donc responsable de sa réfection.

On ignore pour l'instant combien pourrait coûter un tel projet.

Si le maire Parent parle de plusieurs millions de dollars, la Ville refuse toujours de dévoiler le rapport qui a été fait sur l'état du bâtiment. Le maire ne souhaite pas non plus s'avancer, pour l'instant, sur une éventuelle participation financière de la Ville dans ce projet.

façades semblables des Ateliers Saint-Louis et du Cégep de Rimouski en 1929

Les Ateliers Saint-Louis et le Cégep de Rimouski ont tous deux été construits dans les années 20 par le même architecte, Pierre Lévesque, de Québec. On voit ici les deux bâtiments en 1929.

Photo : Auteur inconnu/ Collection: Archives des Frères du Sacré-Cœur/Société rimouskoise du patrimoine

De son côté, le ministère de la Culture confirme que la proposition du comité et de la Ville de Rimouski est à l'étude, et affirme que des annonces seront faites, au besoin, en temps et lieu.

Les Ateliers Saint-Louis ont été construits en 1924. Le bâtiment s'appelait à l'époque l'école des Frères du Sacré-Cœur. Des milliers d'élèves l'ont fréquenté jusqu'à la fin des années 60. Il s'agit d'un des rares bâtiments anciens de Rimouski à ne pas avoir été détruit lors du grand feu de 1950.

Avec la collaboration de Sophie Martin et de Michel-Félix Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !