•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Heather Stefanson présente ses priorités en vue de la course à la chefferie

Heather Stefanson porte un chandail rouge et un veston noir. Elle est photographiée devant un mur de pierres.

Heather Stefanson est députée de la circonscription de Tuxedo depuis 2000.

Photo : Radio-Canada / Jeff Stapleton

Radio-Canada

La candidate à la course à la direction du Parti progressiste-conservateur du Manitoba Heather Stefanson veut regagner la confiance des Manitobains après avoir été ministre de la Santé durant la troisième vague de la pandémie.

Dans une entrevue avec CBC, elle défend sa gestion de la crise sanitaire et énumère ses priorités, si elle devient la prochaine première ministre de la province.

Au printemps, le nombre de cas graves de COVID-19 a submergé les hôpitaux quelques semaines après que les professionnels de la santé eurent averti les responsables de la santé publique que les restrictions sanitaires mises en place n’étaient pas suffisantes pour éviter la troisième vague.

En mai, celle qui est députée de Tuxedo depuis 21 ans, affirmait que le Manitoba avait les capacités nécessaires dans les unités de soins intensifs pour répondre au flux de patients. Quelques jours plus tard, 57 patients étaient transférés dans d’autres provinces.

Heather Stefanson estime avoir pris les meilleures décisions selon les informations dont elle disposait à ce moment-là.

Vous savez, on aurait pu, on aurait dû, on aurait voulu... C’est ce à quoi on peut penser après coup, mais quand on se retrouve au milieu de tout ça, on voit qu'il n’y a pas un mode d'emploi pour une telle situation. On prend ses décisions en fonction des conseils qu’on reçoit des professionnels.

Les choses se passaient très vite. Jour après jour, heure après heure, des décisions devaient être prises très rapidement, ajoute Mme Stefanson

Elle a quitté son poste de ministre de la Santé en août et s'est lancée dans la course pour succéder à Brian Pallister à la tête du Parti progressiste-conservateur. Elle fait partie des trois candidats, avec l’ancienne députée fédérale conservatrice Shelly Glover et le député de McPhillips Shannon Martin, à avoir annoncé leur intention de briguer la chefferie.

Repousser les attaques

Le jour où Heather Stefanson a lancé sa campagne, le chef du Nouveau Parti démocratique, Wab Kinew, a critiqué sur Twitter sa performance comme ministre de la Santé. Il a rappelé les compressions en santé et a affirmé que le Parti progressiste-conservateur ne changera pas après M.  Pallister.

Mme Stefanson indique qu'elle ne peut pas contrôler ce que fait Wab Kinew. Elle croit qu'elle peut obtenir la confiance des Manitobains en leur parlant et en les écoutant, ce qu'elle compte faire d'ici les prochaines élections, dans deux ans.

Elle s’engage à augmenter la capacité des soins intensifs dans les hôpitaux et reconnaît que les salaires des infirmières et des autres professionnels de la santé doivent être bonifiés.

Heather Stefanson.

L'ex-ministre de la Santé du Manitoba, Heather Stefanson, a soutenu, en avril 2021, que la pandémie a aggravé la pénurie d'infirmières.

Photo : CBC / John Einarson

Éducation, vaccination, fiscalité et questions autochtones

Heather Stefanson promet une nouvelle réforme en éducation, si elle est élue chef, bien que le projet de loi 64 qui abolissait les divisions scolaires anglophones pour les regrouper en une seule entité ne soit pas adopté par le gouvernement.

Elle maintiendra la vaccination obligatoire ou des tests de COVID-19 fréquents pour les employés provinciaux qui travaillent avec des personnes vulnérables et la présentation de preuve vaccinale pour les clients des restaurants, des bars, des théâtres et des casinos.

Heather Stefanson ne s’engage pas à abaisser d’un point de pourcentage la taxe de vente provinciale ou à instaurer une taxe sur le carbone propre au Manitoba pour remplacer celle imposée par Ottawa.

Je ne suis pas du tout une partisane des taxes, mais je ne peux pas jouer à l'autruche. Je reconnais que le changement climatique est un défi. Je pense que nous l’avons vu cet été et que nous avons eu des situations graves avec la sécheresse dans nos communautés rurales.

Elle dit qu'elle fera des vrais gestes en ce qui concerne la vérité et la réconciliation, sans toutefois donner plus de précisions.

La personne qui sera élue chef du Parti progressiste-conservateur du Manitoba occupera le poste de premier ministre jusqu'aux élections provinciales de 2023.

Avec les informations de Bartley Kives

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !