•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Apple fait de nouvelles concessions aux éditeurs d’applications

Le groupe a présenté une autre modification prochaine des règles du magasin d’applications App Store.

Le logo de l'app store se reflète dans la pomme, symbole d'Apple.

Le groupe a présenté cette modification prochaine des règles du magasin d’applications App Store comme sa solution pour «mettre fin» à une enquête de l'autorité de la concurrence japonaise.

Photo : afp via getty images / CHRIS DELMAS

Agence France-Presse

Le géant Apple va permettre à certaines applications mobiles – dont Netflix, Spotify et Kindle – d'inclure un lien vers leur site web, où les utilisateurs et utilisatrices pourront gérer leur compte et payer leur abonnement. Ce changement majeur pour l’entreprise survient alors qu’elle est acculée de tous les côtés sur le front de la concurrence.

Le groupe a présenté cette modification prochaine des règles du magasin d’applications App Store comme sa solution pour mettre fin à une enquête de l'autorité de la concurrence japonaise, d'après un communiqué publié mercredi.

La mise à jour permettra aux développeurs et développeuses d’applis de "lecture" d’y inclure un lien vers leur site web pour la configuration et la gestion des comptes utilisateur, explique Apple.

Au début de 2022, des services de diffusion en ligne, les applications de livres, de journaux et autres médias pourront ainsi échapper à la commission de 15 ou 30 % prélevée par Apple, surnommée la taxe Apple par plusieurs personnes qui dénoncent l’entreprise.

Cette commission porte autant sur les ventes dans l'App Store que sur les achats de biens et services numériques offerts dans les applications.

Un changement de cap pour Apple

Apple a toujours défendu le fonctionnement fermé de son magasin d'applications comme nécessaire pour assurer la sécurité des transactions et aussi des données des internautes.

Mais Apple fait face à des poursuites lancées par différentes entreprises et autorités dans le monde. Ces dernières lui reprochent d'abuser de sa position dominante en imposant l'App Store comme intermédiaire obligatoire entre elles et leurs utilisateurs et utilisatrices. Et aussi de prélever des commissions trop élevées.

Après des années à camper sur ses positions, Apple multiplie désormais les concessions.

La semaine dernière, le groupe a annoncé qu'il allait autoriser les éditeurs à proposer à sa clientèle des moyens de paiement à l’extérieur de l'App Store, en les prévenant par courriel.

Cette concession faisait partie d'un accord pour mettre fin à des poursuites de petites entreprises qui conçoivent des applications.

La société de Cupertino peut ainsi espérer relâcher la pression sur différents fronts.

Elle attend notamment le verdict dans le procès que lui a intenté Epic Games, l'éditeur du jeu Fortnite, en guerre contre Apple depuis un an pour avoir tenté de contourner le système de paiement de l'App Store.

Spotify ou Netflix échappaient déjà à la commission en n'offrant pas la possibilité de prendre un abonnement par le biais de l'application. Mais ils ne pouvaient pas les orienter vers leur site Internet.

Sur l'application de Spotify, ce message s'affiche ainsi à côté des formules payantes : Vous ne pouvez pas prendre d'abonnement Premium sur l'application. On sait, ce n'est pas idéal.

Les personnes qui les utilisent n'auront bientôt plus besoin de deviner qu'elles doivent se rendre sur le site web.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !