•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déjà deux classes fermées en raison de la COVID-19 au Centre-du-Québec

Des crayons dans une salle de classe vide.

Deux classes de maternelle sont présentement fermées au Centre-du-Québec en raison de la COVID-19. (Archives)

Photo : CBC/David Donnelly

Deux classes de maternelle du Centre de services scolaire de la Riveraine ont été fermées cette semaine par la santé publique en raison de cas de COVID-19. Deux élèves, un dans chaque groupe, ont reçu un test positif au virus.

Une classe de 17 élèves est fermée depuis le 31 août à l’École Maurault, à Pierreville. L'autre classe se trouve à l’École des Abrisseaux, à Sainte-Eulalie, et compte 13 élèves. Elle est fermée depuis le 1er septembre.

La période d'isolement des élèves est de 10 jours.

Le port du masque n’est pas obligatoire au niveau préscolaire, ce qui fait que la découverte de cas de COVID-19 entraîne l’arrêt de l’enseignement en présentiel pour ces enfants.

Les enseignants offrent du soutien à distance en communiquant avec les élèves sur une base régulière, a expliqué la secrétaire générale du centre de services scolaire, Isabelle Bourque. Elle précise que les enseignants n'ont pas à être confinés, puisqu'ils portaient le masque.

Les élèves de ces écoles situées sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent ont été les premiers de la région à reprendre le chemin de l’école pour l’année scolaire 2021-2022. Ils sont en classe depuis le 26 août.

La façade de l'École Maurault en été.

Dix-sept élèves de maternelle de l'École Maurault, à Pierreville, doivent rester à la maison après la fermeture de leur classe en raison d'un cas de COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Martin Chabot

Le directeur du Centre de services scolaire de la Riveraine, Pascal Blondin, n'est pas surpris par la situation et affirme que les écoles sont prêtes à s'adapter en cas de fermeture de classe. On s'y attendait pour nos groupes du préscolaire, dit-il.

Pascal Blondin croit qu'il y aura beaucoup moins de fermetures de classe cette année comparativement à l'an dernier. C'est le côté positif du port du masque, s'il y en a un, c'est qu'on n'a pas à confiner les groupes de la première année à la sixième année du secondaire [s'il y a un cas de COVID-19], fait-il remarquer.

Des fermetures de classe « au cas par cas »

Le ministre de l’Éducation du Québec, Jean-François Roberge, a précisé jeudi que la découverte d’un cas de COVID-19 dans une classe n’entraînait pas automatiquement la fermeture de celle-ci.

Il explique que la décision est prise après analyse de la situation par la santé publique régionale, selon les circonstances et la situation épidémiologique. Ce n’est pas : quand il y a un cas positif, on ferme la classe automatiquement, affirme le ministre.

« L’objectif, c’est de garder le plus possible les classes ouvertes et d’éviter des fermetures automatiques. Maintenant, il faut y aller au cas par cas. »

— Une citation de  Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation du Québec

Les tests rapides ne sont pas encore disponibles dans les écoles. Le Centre de services scolaire de la Riveraine n’a donc pas pu utiliser cet outil.

Les directions d’écoles de la Mauricie et du Centre-du-Québec n’auront vraisemblablement pas accès à des tests rapides sous peu.

Dans un premier temps, ils seront déployés d’abord dans des quartiers ciblés, dans des zones qui sont ciblées : trois à Montréal et une à Laval, a déclaré Jean-François Roberge.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !