•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le parcours de résilience de Pastelle Leblanc de Vishtèn devant le cancer

Pastelle Leblanc joue du piano dans son salon.

La musicienne Pastelle Leblanc a dû laisser de côté son accordéon en raison des douleurs provoquées par le cancer. Elle se consacre désormais à jouer du piano.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Drumond

L’artiste Pastelle Leblanc, membre du groupe Vishtèn de l’Île-du-Prince-Édouard, a récemment partagé sur ses réseaux sociaux un moment très difficile de sa vie.

La musicienne a reçu en juin 2020 un diagnostic qui a secoué sa vie. Un cancer du sein métastatique de stage 4 a viré son monde à l’envers.

Les nouvelles n’étaient vraiment pas bonnes. C’était vraiment très difficile à entendre, parce qu’on me disait essentiellement que c’était la fin de ma vie.

Une citation de :Pastelle Leblanc

Durant plus d’un an, l’artiste avait gardé l’information au sujet du diagnostic pour elle et pour ses proches.

Pastelle Leblanc a partagé son récit de vie le 19 juillet 2021 sur son compte Facebook.

Sa publication a fait beaucoup réagir et a mobilisé la communauté.

Selon Pastelle Leblanc, les rétroactions des gens sur les réseaux sociaux ne représentent qu’une partie du soutien offert par la communauté de l’île depuis la publication.

J’ai reçu de super beaux messages ! Des témoignages des personnes qui m’ont partagé leur situation aussi. J’apprécie énormément le support de tout le monde ! , dit-elle souriante.

Après une année très difficile, Pastelle Leblanc dit se sentir mieux et avoir assez d’énergie pour faire ses activités, notamment faire des marches, pratiquer du yoga et jouer avec le groupe Vishtèn.

Pastelle Leblanc était récemment en spectacle avec son groupe dans le cadre d’une série de prestations au Trailside Music Hall, à Charlottetown, durant l’été.

Pastelle Leblanc tient un chat dans ses bras.

L’artiste Pastelle Leblanc explique que son vécu face à la maladie lui a permis d’en tirer des leçons.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Drumond

Le retard dans le diagnostic

Selon Pastelle Leblanc, la pandémie a retardé son diagnostic de quelques mois, car les mesures sanitaires imposées aux établissements hospitaliers ont restreint ses visites à l’hôpital et au cabinet de son médecin de famille.

L’artiste explique que certains examens ont été retardés.

Quand j’ai pu y aller [à l’hôpital], mon médecin de famille à l’époque pensait qu’il avait trouvé un kyste, ce qui fait que c’était probablement opérable, quelque chose qui pourrait facilement être réglé, a-t-elle déclaré en se rappelant de la journée du diagnostic.

C’est mon docteur de famille qui m’a appelé et a dit : "ce n’est pas un kyste, c’est une tumeur, c’est un cancer du sein qui est partout dans ton corps, et je ne pense pas que c’est guérissable”, raconte la musicienne.

Pastelle Leblanc explique que la nouvelle a été difficile à saisir dans les premiers moments.

Quand j’ai entendu le mot incurable, tout de suite, il y avait quelque chose qui me disait : "non !”

Une citation de :Pastelle Leblanc

L'artiste ajoute néanmoins que même si son diagnostic était connu quelques mois plus tôt, les résultats de ces examens n'auraient pas grandement changé, car la maladie était déjà très avancée.

Il est possible que cette maladie était là dans mon corps depuis cinq ans, précise Pastelle Leblanc.

Elle explique que les symptômes du cancer n’étaient pas évidents jusqu’au diagnostic, à part une inflammation sur son pouce et une autre sur son visage.

Au moment du diagnostic, Pastelle Leblanc avait 40 ans et se préparait à passer sa première mammographie.

Depuis, l’artiste a adopté une routine avec des habitudes de vie plus saines afin de travailler sur sa guérison.

Le groupe Vishtèn : Pastelle et Emmanuelle LeBlanc et Pascal Miousse.

Le groupe Vishtèn : Pastelle et Emmanuelle LeBlanc et Pascal Miousse. (ARCHIVES)

Photo : Gracieuseté

Le travail avec Vishtèn

Par ailleurs, la pandémie a joué positivement dans son processus de guérison.

Le groupe Vishtèn a dû prendre du recul et arrêter les prestations en raison de la crise sanitaire. Pastelle a pu prendre du temps pour se reposer.

S’il n’était pas la COVID, on aurait eu besoin d’annuler plusieurs spectacles, et cela aurait été une décision difficile à faire, reconnaît Pastelle Leblanc.

Elle ajoute que le groupe a pu quand même assurer quelques engagements. Quelques prestations ont été offertes durant l’été 2020.

J’avais beaucoup de mal à ce moment-là, mais je savais que j’étais capable de passer à travers quelques spectacles, et la musique me faisait aussi du bien. La musique m’a amené plus de joie que de mal à ce moment-là, explique-t-elle.

La musicienne a dû laisser de côté son accordéon en raison des douleurs provoquées par le cancer. Elle se consacre désormais à jouer du piano.

Pastelle Leblanc ajoute que son vécu face à la maladie lui a aussi permis d’en tirer des leçons.

Je sens que la vie allait trop vite pour moi et il y a trop de choses sur mon assiette. Dorénavant, je vais vivre une vie plus simple, mais aussi une vie plus goûteuse et plus savoureuse, c’est ça comment je vois ma vie dans le futur, précise la musicienne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !