•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Freeland n’a pas commis de faute avec son tweet, conclut le commissaire aux élections

Chrystia Freeland parle devant un grand écran où est projeté le slogan du Parti libéral : « Avançons ensemble ».

La libérale Chrystia Freeland, vice-première ministre et ministre des Finances sortante, tente de se faire réélire dans la circonscription ontarienne University–Rosedale.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Radio-Canada

La vidéo tronquée d'Erin O'Toole publiée par la libérale Chrystia Freeland pour attaquer le conservateur sur sa vision des soins de santé ne contrevient pas à la loi électorale, a tranché le commissaire aux élections fédérales, Yves Côté.

Dans une lettre adressée à Mme Freeland qu'a obtenue La Presse canadienne, et citée dans plusieurs médias, le commissaire indique avoir analysé soigneusement la vidéo et le message qui avaient été publiés sur Twitter au cours de la première semaine de la campagne électorale.

La publication de Mme Freeland, qui est toujours en ligne, a reçu une mention de Twitter signalant que le contenu était « manipulé ».

Partagée en français et en anglais, la vidéo de 35 secondes a été modifiée, de sorte que la réponse du chef conservateur Erin O'Toole sur la privatisation du système de santé est tronquée.

Dans cette séquence, filmée en juillet 2020 lors de la course à l'investiture du Parti conservateur du Canada, M. O'Toole se dit en faveur de l'intervention du privé pour améliorer le système de santé.

Il manque toutefois la partie de la réponse où il soutient qu'il est essentiel de préserver l'accès universel aux soins pour les Canadiens.

Disant qu'il s'agissait de désinformation, les conservateurs avaient demandé au commissaire de déterminer si la publication de cette vidéo tronquée contrevenait à la Loi électorale du Canada, qui interdit de produire du matériel visant à tromper les électeurs.

Par sa lettre, le commissaire Côté met donc un terme au débat.

La mention de « média manipulé » demeure malgré tout sur le tweet, la décision émanant de Twitter.

Consultez notre dossier sur les élections fédérales 2021.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !