•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Radio-Canada s’engage à assainir le climat de travail à sa station de Québec

La façade de la station d'Ici Québec.

À l’issue de 130 rencontres réalisées au printemps, le conciliateur Marc-André Verrette a notamment repéré des manquements quant au respect et à la civilité de la part de certains cadres et employés, ce qui a engendré un climat de travail malsain à la station de Radio-Canada à Québec.

Photo : Radio-Canada / Louis Gagné

Le conciliateur nommé conjointement par la direction de Radio-Canada et les syndicats des travailleurs a présenté aux employés de la station de Québec les constats issus de son analyse de climat de travail ainsi qu’une série de recommandations pour améliorer la situation.

Lors d’une rencontre à laquelle étaient conviés les employés de la station de Québec, le psychologue du travail Marc-André Verrette a fait des constats durs qui viennent confirmer les conclusions du rapport sur le climat de travail présenté en mars dernier par le Syndicat des travailleuses et des travailleurs de Radio-Canada (STTRC) à la haute direction de Radio-Canada.

À l’issue de 130 rencontres réalisées au printemps, le conciliateur a notamment repéré des manquements quant au respect et à la civilité de la part de certains cadres et employés, ce qui a engendré un climat de travail malsain. Des employés ont témoigné d’un manque de reconnaissance et de soutien de la part de leur employeur, ce qui a provoqué de la frustration et de la démotivation parmi le personnel. D’autres ont indiqué percevoir de l’iniquité ou du favoritisme dans les décisions de certains cadres.

Une gestion plus humaine

Marc-André Verrette a formulé 27 recommandations qui, espère-t-il, permettront une amélioration de l’organisation du travail et de la qualité du leadership et mèneront à un meilleur savoir-vivre ensemble.

Parmi les priorités listées par le psychologue, on retrouve :

  • la mise en place de sessions individuelles de sensibilisation au respect en milieu de travail et des séances de coaching individualisé pour les cadres;

  • l’élaboration d’un code de vie en équipe pour la station;

  • l’humanisation de la gestion des ressources humaines et le développement d’une culture de relations de travail et de règlement des différends axée sur le partenariat plutôt que sur la confrontation;

  • la présence de « délégués sociaux » au sein du personnel pour assurer une vigie au niveau de la santé psychologique des employés;

  • la priorisation de nouvelles pratiques de communications plus ouvertes pour permettre aux employés de mieux comprendre les décisions de la direction.

Le conciliateur affirme qu’il demeurera impliqué dans la mise en œuvre de ces recommandations et qu’il mettra en place un comité auquel il a invité les employés à participer pour s’assurer du suivi de son rapport.

Le rapport bien accueilli

Dans une note interne envoyée à l’ensemble des employés du diffuseur public, le vice-président principal de Radio-Canada, Michel Bissonnette, indique prendre acte des conclusions auxquelles le conciliateur est parvenu et promet que toutes les recommandations qui relèvent de sa responsabilité seront appliquées.

Devant plus de 130 employés de la station de Québec dans l'après-midi, il a reconnu avoir été « très préoccupé et perturbé » par les récriminations soumises à son attention en mars dernier et se sentir désormais certain que le processus de conciliation entamé permettra de développer de meilleures relations de travail.

Personnellement, je m’engage à mettre les énergies nécessaires afin d’assurer le succès des prochaines étapes de la conciliation à Québec et transformer notre culture interne partout dans l’entreprise afin que notre milieu de travail soit plus sain, plus agréable et plus respectueux des humains qui sont la fibre de Radio-Canada.

Une citation de :Michel Bissonnette, vice-président principal de Radio-Canada

Le nouveau directeur par intérim de la station de Québec, Sylvain Schreiber, a affirmé devant ses nouveaux employés s’engager à travailler très étroitement avec tout le monde à Québec pour jeter les bases d’une nouvelle relation.

Du côté du syndicat, le STTRC accueille très positivement les constats et les recommandations déposés en vue de l’assainissement du climat de travail à la station de Québec et assure de sa collaboration pour leur mise en œuvre.

La présentation d’aujourd’hui ne constitue pas l’aboutissement d’une démarche, mais bien le commencement d’un processus visant l’assainissement des conditions de travail et l’amélioration des conditions dans lesquelles l’ensemble des salariés et des cadres accomplissent leur travail.

Une citation de :Pierre Tousignant, président du STTRC-CSN

L’Association des réalisateurs, qui s’est jointe à la démarche de conciliation entamée conjointement par le STTRC et la direction de Radio-Canada, salue l’engagement des employés de la station de Québec dans ce processus de conciliation.

Plusieurs employés de la station de Québec contactés à la suite de la rencontre interne ont déclaré avoir confiance dans le processus en place. Il faut qu’on embarque pour que ça donne un résultat, lance l’un d’eux donc oui, je crois en la démarche et j’espère que ça va changer les choses.

Celui qui préfère taire son identité est par ailleurs soulagé de voir la haute direction de Radio-Canada admettre la problématique et trouve certaines pistes de solutions proposées intéressantes et concrètes.

L’assistante à la réalisation du Téléjournal Québec le week-end, Frédérique Guy, assure être satisfaite du bilan de la situation brossé par le conciliateur. Elle déplore toutefois de ne pas avoir entendu des cadres encore en poste à la station régionale une reconnaissance des erreurs commises.

Questionné sur la confiance envers certains cadres originalement visés par les allégations soulevées au printemps, Michel Bissonnette a répondu que la démarche en cours en était une centrée sur les solutions et non sur les mesures disciplinaires et qu’il ne doutait pas que tout le monde ferait des efforts pour créer un nouveau climat de travail.

À propos du récent départ de la directrice de la station Véronique Lessard, M. Bissonnette a affirmé qu’elle en était venue à la conclusion qu’elle n’était plus la bonne personne pour diriger la station. Elle a été remplacée de manière intérimaire par Sylvain Schreiber.

Un modèle pour le reste du réseau

Le repérage des problèmes et des pistes de solution par un médiateur constitue l’une des étapes d’un nouveau type de démarche axé sur la conciliation que le STTRC, l’Association des réalisateurs et la direction de Radio-Canada ont choisie pour aborder les problèmes à la station d’ICI Québec.

Michel Bissonnette propose par ailleurs que certaines recommandations formulées dans le cadre de cet exercice soient transposées et appliquées à d’autres secteurs de Radio-Canada lorsque possible. Nous allons faire en sorte que les apprentissages faits à Québec puissent bénéficier à l’ensemble de nos employés partout dans l’entreprise, ajoute-t-il dans le message transmis aux employés.

Pierre Tousignant, lui, a indiqué que l’exercice qui est fait à la station de Québec sert de banc d’essai pour le reste du réseau de Radio-Canada pour trouver des façons différentes de régler les litiges auxquels nous sommes confrontés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !