•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fairy Creek : les manifestants dénoncent une nouvelle fois les pratiques de la GRC

Attroupement de gens devant deux ambulances dans la forêt.

Le groupe Rainforest Flying Squad pense qu'il est illégal pour la GRC de créer des zones d'exclusion.

Photo : Gracieuseté - GRC

Radio-Canada

Le groupe Rainforest Flying Squad, qui organise les manifestations contre la coupe d’arbres anciens à Fairy Creek, sur l’île de Vancouver, demandera une nouvelle fois à la justice d'ordonner que l'utilisation continue de zones d'exclusion par la Gendarmerie royale du Canada (GRC) soit illégale.

La Cour a déjà déclaré que ces zones d'exclusion étaient illégales, mais la GRC insiste toujours pour les utiliser, rappelle Matthew Nefstead, l'avocat qui a déjà présenté une contestation sur la question cet été.

Dès qu’elle a commencé à faire respecter l’injonction, la GRC a établi des barrages routiers et une zone d’exclusion autour du campement de la vallée Caycuse.

En juillet, la Cour suprême de la Colombie-Britannique avait prononcé un jugement en faveur de l’Association canadienne des journalistes (CAJ) contre l’établissement de zone d'exclusion pour les médias lors des arrestations dans le secteur de Fairy Creek.

Je ne suis pas convaincu que les zones d'exclusion et les points de contrôle d'accès soient justifiés comme étant raisonnablement nécessaires afin de donner à la police l'espace dont elle a besoin, avait alors indiqué le juge Douglas Thompson.

Le groupe Rainforest Flying Squad soutient que la GRC continue, depuis, d'utiliser des zones d'exclusion pour restreindre l'accès aux zones situées au-delà de la route Granite Main à partir de son intersection avec la route Pacific Marine, ainsi qu'à d'autres zones de la zone d'injonction.

Des arrestations plus violentes, selon des manifestants

Une membre du groupe, Rani Earnhart, dénonce, par ailleurs, le fait que la police fédérale procède à des arrestations de plus en plus violentes et dangereuses de manifestants.

Ayant offert du soutien aux manifestants arrêtés, elle dit avoir entendu des histoires troublantes sur la façon dont ils ont été traités. Selon elle, la Gendarmerie royale du Canada a [retiré] les masques des manifestants et [a projeté] du gaz poivré sur le visage de manifestants pacifiques.

Ma plus grande crainte est que l'escalade à laquelle j'assiste conduise à des pertes de vies humaines, et cela m'inquiète beaucoup.

Une citation de :Rani Earnhart, membre du groupe Rainforest Flying Squad

La demande des membres du groupe Rainforest Flying Squad doit être entendue dans la semaine du 13 septembre.

L'injonction accordée à l'entreprise d'exploitation forestière Teal-Jones Group doit expirer le 26 septembre, mais cette dernière dit avoir demandé une prolongation.

La GRC n’avait pas répondu aux demandes de CBC/Radio-Canada au moment de publier ce texte.

Dans une mise à jour envoyée le 31 août, elle dit avoir procédé à 834 arrestations depuis le début des manifestations.

Parallèlement, en date du 31 août, la Commission civile d'examen et de traitement des plaintes relatives à la GRC indique qu'elle a reçu 163 plaintes du public concernant les manifestations contre la coupe d’arbres anciens à Fairy Creek.

Avec des informations de Mélinda Trochu

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !